L'application gratuite WeWard lancée en avril 2019 fait partie de ces applications qui motivent leur communauté d'utilisateurs à bouger davantage, avec à la clé une récompense, en monnaie sonnante et trébuchante ou en réductions à faire valoir auprès de multiples commerçants. Son crédo : "plus on marche, plus on gagne de l'argent".
...

L'application gratuite WeWard lancée en avril 2019 fait partie de ces applications qui motivent leur communauté d'utilisateurs à bouger davantage, avec à la clé une récompense, en monnaie sonnante et trébuchante ou en réductions à faire valoir auprès de multiples commerçants. Son crédo : "plus on marche, plus on gagne de l'argent". En période de télétravail prolongé et de risque accru de sédentarité, le concept séduit. "La différence de notre application avec d'autres app' qui récompensent financièrement leurs utilisateurs est le fait qu'elle s'adresse à tout le monde, et pas seulement aux sportifs. Elle est basée sur le bien-être et incite à bouger au maximum au quotidien ", nous explique son fondateur Yves Benchimol.L'app' est désormais disponible en Belgique. "Depuis son lancement, il y a 1 mois en Belgique, on enregistre une croissance plus forte qu'en France, avec 50.000 utilisateurs et 1000 nouveaux inscrits chaque jour", fait savoir le CEO de la start-up.Le principe est simple: l'utilisateur accumule de la monnaie digitale (appelée wards) en se rendant à pied sur des lieux insolites ou des lieux culturels géolocalisés sur l'app'. Il profite ensuite de réductions sur des grandes marques liées principalement au monde du sport (Nike, Converse, Puma,...), au bien-être et à l'alimentation saine. Les wards peuvent aussi être dépensés dans des commerces de proximité, versés à des associations, ou simplement convertis en cash. Par exemple, 10.000 pas par jour (ce qui est préconisé par l'OMS) équivalent à 10 wards et 3.000 wards équivalent à un virement bancaire de 20 euros. Pas de quoi devenir riche, donc. L'appli limite d'ailleurs le gain de wards à ce palier de 10.000 pas quotidiens. "Le but n'est pas d'en faire un gagne-pain, sur une année, il est possible de gagner une centaine d'euros. L'objectif principal est avant toute chose de motiver nos utilisateurs à pratiquer davantage d'activité physique ", commente Yves Benchimol. L'app' rencontre du succès principalement en milieu urbain. La majorité de ses utilisateurs - actuellement plus d'1 million en France - vivent dans les grandes villes, Paris en tête, suivie par Lyon. En Belgique, elle récompense actuellement la visite au Manneken Pis de Bruxelles, à la Citadelle de Namur, au parc de la Boverie à Liège, à la cathédrale Notre-Dame à Anvers ou encore à la Grotte de Spy. "Nous entendons développer davantage cette offre à l'avenir", laisse entendre son CEO. En cette période de crise sanitaire, l'application incite également les personnes à éviter les transports en commun et à privilégier la marche pour se déplacer. " On remarque que les villes où le réseau de transport en commun est bien développé incitent plus à la marche à pied. Les citoyens en profitent pour descendre un arrêt plus tôt, pour atteindre leur objectif de récompense et peuvent ensuite le dépenser dans les commerces de quartier", explique Yves Benchimol. Lors du premier confinement (de mars à mai 2020), l'activité physique des Français a chuté drastiquement, soit -70% les deux premières semaines a constaté WeWard. Ses concepteurs ont voulu remédier à cela en intégrant d'autres possibilités d'activité physique afin d'inciter leurs utilisateurs à lutter contre la sédentarité. "Vu qu'en France, il est interdit de sortir au-delà d'un rayon de 1 km autour de son domicile, on a lancé des cours en ligne qui permettent aussi de gagner des 'wards'", commente Yves Benchimol. Toutes les 5 séances de yoga, de renforcement musculaire ou de cardio-training, WeWard fait ainsi gagner 1 500 Wards, soit 10 euros. "La corde à sauter est aussi l'activité idéale en appartement qui permet d'accumuler des bonus", ajoute Yves Benchimol. Évidemment, cette rémunération n'est pas totalement gratuite. Le business model de WeWard est basé sur la commission perçue quand un utilisateur se rend dans un restaurant ou chez un commerçant. L'app' propose actuellement plus de 1000 références de commerces et entend développer son réseau de partenaires en Belgique.L'utilisation de l'app' coûte, à l'utilisateur, comme beaucoup d'autres du genre, un accès à ses données personnelles, qui sont ensuite communiquées aux partenaires commerciaux de WeWard - les réseaux de publicité et les commerces partenaires - pour monétiser la présence de l'utilisateur en lui proposant, entre autres, de la publicité ciblée.