Souvent négligée, l'apnée du sommeil touche près d'une personne sur trois entre 40 et 85 ans. Ces arrêts respiratoires répétés privent pendant quelques secondes le corps d'oxygène et provoquent plusieurs micro-réveils. Résultat : vous êtes fatigué dès le réveil, facilement irritable, somnolez durant la journée... Et gare aux dangers, car sans diagnostic et traitement approprié, les conséquences à long terme peuvent être fatales, tant l'apnée du sommeil augmente le risque d'AVC, d'arythmie cardiaque, du diabète de type II, de l'hypertension artérielle ou encore de thrombose.
...

Souvent négligée, l'apnée du sommeil touche près d'une personne sur trois entre 40 et 85 ans. Ces arrêts respiratoires répétés privent pendant quelques secondes le corps d'oxygène et provoquent plusieurs micro-réveils. Résultat : vous êtes fatigué dès le réveil, facilement irritable, somnolez durant la journée... Et gare aux dangers, car sans diagnostic et traitement approprié, les conséquences à long terme peuvent être fatales, tant l'apnée du sommeil augmente le risque d'AVC, d'arythmie cardiaque, du diabète de type II, de l'hypertension artérielle ou encore de thrombose.Jusqu'à présent, pour diagnostiquer ces hiatus respiratoires, le patient devait dormir une à deux nuits à l'hôpital, avec une multitude d'électrodes collés sur la poitrine, les bras et le crâne. De quoi décourager les plus réfractaires. Grâce à un nouveau capteur, la startup belge Sunrise propose de faire l'économie de ce processus coûteux et envahissant : son capteur se tient entre le pouce et l'index, ne pèse que trois grammes et se place sur le menton. Durant une nuit. À domicile. Cerise sur le gâteau : il est certifié comme valable du point de vue médical et technologique selon les standards européens et la plateforme mHealthBELGIUM.Comment ça marche ? Le capteur Sunrise se connecte en Bluetooth à votre téléphone. Une fois l'application mobile Sunrise installée, il suffit de scanner le QR code présent sur l'enveloppe de votre kit. Avant de vous endormir, vous n'avez plus qu'à coller le capteur sur votre menton et lancer l'analyse de votre nuit depuis l'application. Quelques minutes après votre réveil, les informations pour un diagnostic complet et détaillé de votre sommeil sont disponibles et peuvent être transmises à votre médecin, si vous le souhaitez.Une analyse ultra-détailléeCe rapport, ultra précis, va bien au-delà de ceux générés par la plupart des montres connectées : non seulement il indique si vous avez des micro-éveils (leur fréquence et leur durée), mais il analyse en détail la qualité et la fragmentation de votre sommeil, votre effort respiratoire, le bruxisme (le grincement des dents - un indicateur précieux, jusqu'à présent réalisé uniquement dans les laboratoires du sommeil), etc. Seule l'oxygénation - et donc la charge sur votre système cardiovasculaire - est modélisée. Au final, l'application Sunrise délivre un rapport validé cliniquement et, parole de médecin, très proche de celui résultant des tests complexes réalisés en laboratoire. Meilleur qu'une montre connectée ?Contrairement aux montres connectées et, surtout, aux électrodes et à l'encéphalogramme cliniques, Sunrise se concentre sur un autre biosignal, plus facile à capturer. En effet, le capteur analyse les micromouvements du menton, produits par la contraction des muscles respiratoires au cours de nos nuits. "Il a fallu plus de 10 années de recherches afin de comprendre la corrélation entre les troubles respiratoires du sommeil et les mouvements mesurés au niveau du menton, explique Laurent Martinot, co-fondateur de Sunrise. Avec cet outil, pour la grande majorité des dormeurs, le médecin pourra poser un diagnostic et engager un traitement."De quoi se substituer aux laboratoires du sommeil ?Non, assure Sunrise, désireux de travailler avec les docteurs spécialisés et les généralistes. Le capteur, qui a reçu un prix d'innovation lors de l'édition virtuelle du Consumer Electronics Show (CES), a déjà fait l'objet d'une publication dans la revue scientifique américaine Jama (Journal of the American Medical Association). Exporté au Royaume-Uni et bientôt aux Etats-Unis, il sera entièrement pris en charge par les mutuelles françaises, dès le second semestre 2021. En Belgique, seul Partena rembourse son usage à hauteur de 20 euros. Et c'est une excellente idée, surtout en période de pandémie.Rafal NaczykOn aime