Le concurrent français de Spotify a fait ses premiers pas mardi matin à la Bourse de Paris, quelques minutes après que la cloche était sonnée dans les locaux de l'opérateur boursier, a constaté un journaliste de l'AFP sur place.

Le patron de Deezer, Jeronimo Folgueira, a sonné la cloche, au côté du ministre français de l'Économie Bruno Le Maire.

Juste avant la sonnerie de la cloche, le ministre avait salué "une date historique pour Deezer qui va pouvoir grandir". "C'est son premier enjeu: avoir accès à des marchés internationaux notamment anglo-saxons", avait ajouté le ministre.

Derrière cette introduction en Bourse, "il y a un enjeu économique, en termes d'emplois, de créations de richesses, culturel aussi. Je crois à la souveraineté culturelle française et les plateformes de streaming, c'est une façon de défendre la culture française, la chanson française", a souligné M. Le Maire.

Deezer avait tenté de s'introduire en Bourse il y a sept ans, mais avait échoué.

Depuis, les conditions de marché sont devenues plus favorables pour le secteur en plein boom du streaming musical, largement dominé par le Suédois Spotify.

Créée en 2007 et concurrente de la plateforme suédoise Spotify, Deezer indique être disponible dans 180 pays. Elle compte plus de 9,6 millions d'abonnés et a généré en 2021 un chiffre d'affaires de 400 millions d'euros.

Parmi les objectifs de la plateforme : investir de nouveaux marchés à l'international. Depuis 2016, elle a pris place au sein du marché brésilien en s'appuyant sur un partenariat avec l'opérateur de téléphonie TIM.

Spotify reste la première plateforme de streaming au monde avec 406 millions d'utilisateurs actifs fin 2021, dont quelque 180 millions d'abonnés payants. Apple n'a plus communiqué le nombre d'abonnés à Apple Music depuis juin 2019, quand il avait annoncé avoir franchi le seuil des 60 millions d'utilisateurs payants.

Le concurrent français de Spotify a fait ses premiers pas mardi matin à la Bourse de Paris, quelques minutes après que la cloche était sonnée dans les locaux de l'opérateur boursier, a constaté un journaliste de l'AFP sur place. Le patron de Deezer, Jeronimo Folgueira, a sonné la cloche, au côté du ministre français de l'Économie Bruno Le Maire. Juste avant la sonnerie de la cloche, le ministre avait salué "une date historique pour Deezer qui va pouvoir grandir". "C'est son premier enjeu: avoir accès à des marchés internationaux notamment anglo-saxons", avait ajouté le ministre. Derrière cette introduction en Bourse, "il y a un enjeu économique, en termes d'emplois, de créations de richesses, culturel aussi. Je crois à la souveraineté culturelle française et les plateformes de streaming, c'est une façon de défendre la culture française, la chanson française", a souligné M. Le Maire.Deezer avait tenté de s'introduire en Bourse il y a sept ans, mais avait échoué. Depuis, les conditions de marché sont devenues plus favorables pour le secteur en plein boom du streaming musical, largement dominé par le Suédois Spotify. Créée en 2007 et concurrente de la plateforme suédoise Spotify, Deezer indique être disponible dans 180 pays. Elle compte plus de 9,6 millions d'abonnés et a généré en 2021 un chiffre d'affaires de 400 millions d'euros. Parmi les objectifs de la plateforme : investir de nouveaux marchés à l'international. Depuis 2016, elle a pris place au sein du marché brésilien en s'appuyant sur un partenariat avec l'opérateur de téléphonie TIM.Spotify reste la première plateforme de streaming au monde avec 406 millions d'utilisateurs actifs fin 2021, dont quelque 180 millions d'abonnés payants. Apple n'a plus communiqué le nombre d'abonnés à Apple Music depuis juin 2019, quand il avait annoncé avoir franchi le seuil des 60 millions d'utilisateurs payants.