Le conseil d'administration de Twitter a accepté à l'unanimité l'offre d'Elon Musk - au grand plaisir des actionnaires qui voyaient que le cours de l'action Twitter n'était plus en grande forme. C'était maintenant ou jamais. Quant à Elon Musk, il fera ce qu'il a dit, çàd retirer Twitter de la Bourse pour en faire une société privée. Autrement dit, détenue par lui. Et lui, c'est sans doute le capitaliste le plus farfelu de notre époque. Parti avec seulement quelques dollars en poche de son Afrique du Sud natale, Elon Musk a transformé l'industrie automobile avec Tesla. Il ne s'est d'ailleurs pas contenté de cela, il a aussi transformé l'espace avec ses fusées réutilisables via sa société SpaceX qui a ringardisé la NASA. Il est aussi en train d'apporter le haut débit aux 3 milliards d'individus non connectés à Internet via ses satellites Starlink. Et là, ce père de 8 enfants qui visiblement avait encore un trou dans son agenda, vient de s'acheter le réseau social Twitter. I

l l'a acheté au bon moment d'ailleurs, à un moment où les grandes sociétés technologiques ont plongé en Bourse. Ce qui est dingue, comme le fait remarquer l'agence d'informations financières Bloomberg, c'est que la plupart des gens n'utilisent pas Twitter. Sauf Elon Musk, il a d'ailleurs 83 millions de fans sur cette plateforme qui suivent et commentent chacun de ses gestes ou paroles. C'est sur cette plateforme qu'Elon Musk a traité de pédophile ceux qui le critiquaient, c'est également sur cette plateforme qu'Elon Musk a violé une série de règles juridiques du gendarme de la Bourse de New York. Mais de tout cela, il n'en a cure.

L'homme le plus riche du monde a donc racheté Twitter qui a fini dans le rouge en 2021 avec une perte de 221 millions de dollars. Est-ce une lubie de milliardaire ? Si on l'écoute, ce rachat est motivé par son souci de renforcer la liberté d'expression sur ce réseau social. Elon Musk est ce qu'on appelle aux Etats-Unis, un libertarien, quelqu'un qui est hostile à l'Etat et qui ne croit qu'en la liberté absolue des personnes, sans aucune restriction. Raison pour laquelle, certains se demandent s'il ne va pas permettre à des politiques controversés comme Donald Trump de revenir sur ce réseau dont il a été banni par l'ancienne direction après les émeutes au Capitole

C'est d'ailleurs l'inquiétude des employés de Twitter. Ils estiment que la volonté d'Elon Musk de laisser une parole totalement libre sur ce réseau va faire en sorte que les informations légitimes seront rapidement éclipsées par un "bourbier toxique de désinformation". C'est une bonne question. Moi, je me pose une question encore plus plate : entre Tesla, ses fusées SpaceX et ses 8 enfants, quand va-t-il trouver du temps pour gérer et rentabiliser ce joujou à 44 milliards de dollars ?

Le conseil d'administration de Twitter a accepté à l'unanimité l'offre d'Elon Musk - au grand plaisir des actionnaires qui voyaient que le cours de l'action Twitter n'était plus en grande forme. C'était maintenant ou jamais. Quant à Elon Musk, il fera ce qu'il a dit, çàd retirer Twitter de la Bourse pour en faire une société privée. Autrement dit, détenue par lui. Et lui, c'est sans doute le capitaliste le plus farfelu de notre époque. Parti avec seulement quelques dollars en poche de son Afrique du Sud natale, Elon Musk a transformé l'industrie automobile avec Tesla. Il ne s'est d'ailleurs pas contenté de cela, il a aussi transformé l'espace avec ses fusées réutilisables via sa société SpaceX qui a ringardisé la NASA. Il est aussi en train d'apporter le haut débit aux 3 milliards d'individus non connectés à Internet via ses satellites Starlink. Et là, ce père de 8 enfants qui visiblement avait encore un trou dans son agenda, vient de s'acheter le réseau social Twitter. Il l'a acheté au bon moment d'ailleurs, à un moment où les grandes sociétés technologiques ont plongé en Bourse. Ce qui est dingue, comme le fait remarquer l'agence d'informations financières Bloomberg, c'est que la plupart des gens n'utilisent pas Twitter. Sauf Elon Musk, il a d'ailleurs 83 millions de fans sur cette plateforme qui suivent et commentent chacun de ses gestes ou paroles. C'est sur cette plateforme qu'Elon Musk a traité de pédophile ceux qui le critiquaient, c'est également sur cette plateforme qu'Elon Musk a violé une série de règles juridiques du gendarme de la Bourse de New York. Mais de tout cela, il n'en a cure. L'homme le plus riche du monde a donc racheté Twitter qui a fini dans le rouge en 2021 avec une perte de 221 millions de dollars. Est-ce une lubie de milliardaire ? Si on l'écoute, ce rachat est motivé par son souci de renforcer la liberté d'expression sur ce réseau social. Elon Musk est ce qu'on appelle aux Etats-Unis, un libertarien, quelqu'un qui est hostile à l'Etat et qui ne croit qu'en la liberté absolue des personnes, sans aucune restriction. Raison pour laquelle, certains se demandent s'il ne va pas permettre à des politiques controversés comme Donald Trump de revenir sur ce réseau dont il a été banni par l'ancienne direction après les émeutes au CapitoleC'est d'ailleurs l'inquiétude des employés de Twitter. Ils estiment que la volonté d'Elon Musk de laisser une parole totalement libre sur ce réseau va faire en sorte que les informations légitimes seront rapidement éclipsées par un "bourbier toxique de désinformation". C'est une bonne question. Moi, je me pose une question encore plus plate : entre Tesla, ses fusées SpaceX et ses 8 enfants, quand va-t-il trouver du temps pour gérer et rentabiliser ce joujou à 44 milliards de dollars ?