Murray Cox, créateur du site web d'analyse critique Inside Airbnb, avait déjà fait des analyses similaires pour New York et Paris notamment.
...

Murray Cox, créateur du site web d'analyse critique Inside Airbnb, avait déjà fait des analyses similaires pour New York et Paris notamment.Pour le grand public, Airbnb reste un site web où les particuliers louent de manière sporadique leur chambre d'amis à des touristes. Cette image, selon Cox, n'est pas en phase avec la réalité. Il signale ce mardi dans De Standaard que 35% des appartements bruxellois sur Airbnb sont mis en location par des personnes qui proposent une offre de plusieurs adresses.À New York, Amsterdam ou dans d'autres destinations populaires, Airbnb est fortement critiqué. Pourquoi ? Parce que ces loueurs professionnels, en procédant ainsi, exploitent ces logements comme on gère un hôtel, mais de manière illégale.En outre, un business lucratif a également vu le jour avec la mise en location d'appartements résidentiels à des touristes via Airbnb, au lieu de les louer à des particuliers vivant sur place. Cette pratique restreindrait encore davantage le marché locatif dans beaucoup de villes.Airbnb réfute la critique. Celle-ci serait, selon l'entreprise, basée sur une analyse erronée. Le porte-parole de la société déclare que, en Belgique, il n'est absolument pas question de location professionnelle à grande échelle. Airbnb devrait d'ici peu émettre ses propres chiffres concernant le marché bruxellois. Ces informations seront probablement très insuffisantes en comparaison avec celles qu'Airbnb a été contraint de remettre l'an dernier à un magistrat concernant l'offre à New York. C'était d'ailleurs la première fois qu'une autorité obtenait des informations détaillées sur le nombre de locataires, l'offre et les revenus d'Airbnb.À New York, Airbnb a été considéré comme un exploitant hôtelier. C'est la seule manière équitable de procéder.En Belgique, les autorités devraient exiger qu'un rapport de données similaire leur soit fourni. De cette manière, une politique équitable et adaptée pourrait être mise en oeuvre et les excès, comme la mise en location à grande échelle par des agences immobilières, pourraient ainsi être évités.