Il s'agit d'un virus dangereux qui cause beaucoup de dégâts et se diffuse rapidement via les contacts téléphoniques de la victime. De nombreux Belges ont reçu des SMS concernant une soi-disant expédition de bpost depuis le week-end dernier. Plus de 5.700 utilisateurs ont envoyé un rapport au CCB.

Le virus aurait causé beaucoup de dommages dans d'autres pays européens il y a quelques semaines.

Quiconque a cliqué sur le lien et installé l'application sera invité à restaurer immédiatement le téléphone aux paramètres d'usine. Si des mots de passe ont été utilisés après l'installation de l'application, il faut les modifier. Le SMS a peut-être été transféré à tous les contacts du téléphone et il est judicieux de les prévenir.

Le CCB et l'IBPT préviennent que d'autres faux SMS pourraient circuler dans un proche avenir. Ils conseillent de ne pas installer d'applications via un lien dans un message.

Les cybercriminels utilisent probablement des listes de numéros de téléphone qui circulent sur internet. "À l'approche du week-end prolongé, les cybercriminels sont souvent encore plus actifs", prévient-on.

Il s'agit d'un virus dangereux qui cause beaucoup de dégâts et se diffuse rapidement via les contacts téléphoniques de la victime. De nombreux Belges ont reçu des SMS concernant une soi-disant expédition de bpost depuis le week-end dernier. Plus de 5.700 utilisateurs ont envoyé un rapport au CCB. Le virus aurait causé beaucoup de dommages dans d'autres pays européens il y a quelques semaines. Quiconque a cliqué sur le lien et installé l'application sera invité à restaurer immédiatement le téléphone aux paramètres d'usine. Si des mots de passe ont été utilisés après l'installation de l'application, il faut les modifier. Le SMS a peut-être été transféré à tous les contacts du téléphone et il est judicieux de les prévenir. Le CCB et l'IBPT préviennent que d'autres faux SMS pourraient circuler dans un proche avenir. Ils conseillent de ne pas installer d'applications via un lien dans un message. Les cybercriminels utilisent probablement des listes de numéros de téléphone qui circulent sur internet. "À l'approche du week-end prolongé, les cybercriminels sont souvent encore plus actifs", prévient-on.