L'année 2020, marquée par le télétravail, avait déjà été une année record en la matière en Belgique. Près de 40% de trafic supplémentaire était alors soudainement passé par le noeud BNIX. L'augmentation s'est poursuivie en 2021. Le trafic de données moyen était de 224 gigabits par seconde, soit 3% de plus qu'en 2020.

Les pics ont été encore plus élevés l'an dernier que durant les 12 mois précédents, le maximum étant de 638 gigabits par seconde le 15 février vers midi. Jamais auparavant un tel trafic de données n'avait été échangé en une seconde via ce noeud central, indique Belnet.

Il ressort encore des chiffres que les mesures anti-coronavirus mises en place au printemps ont eu un impact: de janvier à avril, le trafic est resté sur un plateau élevé, qui a seulement commencé à faiblir à partir de mai. Au moment où le coronavirus a regagné en intensité dans le pays, une nouvelle hausse a été constatée.

D'après Belnet, le trafic a tout de même été plus important qu'auparavant. "Ce constat montre clairement que notre société de l'information relève chaque année la limite inférieure de notre consommation de données", analyse Stefan Gulinck, Network Architect chez Belnet et responsable de BNIX.

L'année 2020, marquée par le télétravail, avait déjà été une année record en la matière en Belgique. Près de 40% de trafic supplémentaire était alors soudainement passé par le noeud BNIX. L'augmentation s'est poursuivie en 2021. Le trafic de données moyen était de 224 gigabits par seconde, soit 3% de plus qu'en 2020. Les pics ont été encore plus élevés l'an dernier que durant les 12 mois précédents, le maximum étant de 638 gigabits par seconde le 15 février vers midi. Jamais auparavant un tel trafic de données n'avait été échangé en une seconde via ce noeud central, indique Belnet. Il ressort encore des chiffres que les mesures anti-coronavirus mises en place au printemps ont eu un impact: de janvier à avril, le trafic est resté sur un plateau élevé, qui a seulement commencé à faiblir à partir de mai. Au moment où le coronavirus a regagné en intensité dans le pays, une nouvelle hausse a été constatée. D'après Belnet, le trafic a tout de même été plus important qu'auparavant. "Ce constat montre clairement que notre société de l'information relève chaque année la limite inférieure de notre consommation de données", analyse Stefan Gulinck, Network Architect chez Belnet et responsable de BNIX.