C'est probablement le vélo électrique le plus valorisé de l'année et un concurrent direct pour le VanMoof S3 ou encore l'Angell. Les premiers exemplaires du Cowboy 3, le vélo électrique et connecté belge, sont en cours de livraison. Nous avons eu la chance de le prendre en main quelques semaines avant sa sortie.

"Designed in Belgium", le Cowboy est un vélo qui s'admire avant de l'essayer. Si la V3 reprend le même dessin que la précédente version, avec ce nouveau modèle, Cowboy déploie enfin de nouvelles couleurs. Au noir absolu s'ajoutent désormais un gris anthracite et un gris minéral. Un colori qui ne passe pas inaperçu. Concrètement, il n'a fallu que quelques kilomètres pour se faire interpeller par des passants intrigués.

Chez Trends/Tendances, on adore son design rectiligne ultra sobre avec la batterie amovible placée le long du tube de selle. Le cadre en alu, aux soudures polies, offre un poids plume de 16,9 kilos. Mais cette légèreté ne l'empêche pas d'être bien équipé.

La "simplexité" comme atout

Car s'il y a une philosophie à apposer à ce vélo, c'est celle de la "simplexité" - traduisez l'art de rendre simples des objets complexes. Ainsi, sur la V3 du désormais célèbre Cowboy, plus de 200 améliorations ont été apportées. Imperceptibles à l'oeil nu. Parmi les nouvelles fonctionnalités, notons la transmission par courroie en carbone, le déverrouillage du vélo automatique lorsque le smartphone est à proximité, les pneus anti-crevaison, l'alerte vol, ainsi que la détection d'accident ou la cartographie de la qualité de l'air (NDLR : deux fonctions encore indisponibles au moment de nos tests, mais prévues dès septembre)... Si, pour des raisons légales, l'assistance électrique est désormais limitée à 25 km/h (contre 30 km/h sur les V1 et V2), le Cowboy 3 garde d'anciennes fonctionnalités comme les excellents freins à disques hydrauliques de Tektro (un modèle de mordant et d'efficacité) ou le feu de freinage qui s'intensifie, pour davantage de sécurité.

Confort de conduite

Mais au-delà de ses nouvelles fonctionnalités, le plaisir de conduite reste le principal point fort du Cowboy 3. Sa force : il est complètement intuitif. Équipé d'un pignon fixe, le Cowboy n'a pas de dérailleur. Pas de bouton, pas de vitesse. On se met dessus, on roule, et c'est tout. Le changement de vitesses devient pour ainsi dire automatique, via les capteurs et l'accéléromètre qui "sentent" la force que vous appliquez sur les pédales. Résultat : vous gardez toujours les mains sur le guidon. L'esprit libre et alerte. Tout confort sur les pavés.

Taillé pour la ville, intuitif et vraiment smart, le Cowboy 3 offre sans doute l'une des expériences de conduite les plus abouties en VAE. C'est dans les montées et au passage du rouge au vert qu'il se montre le plus performant. Durant un mois de test, nous avons ainsi réduit la durée de nos trajets de 30% en moyenne, comparé à un vélo classique. Passant même de 35 à 15 minutes pour un trajet domicile-travail de 7,5 km.

Verdict : les années 2010 ont vu apparaître les smartphones et leurs écrans borderless. Malgré un faux départ, l'année 2020 nous offre le premier vélo "effortless". Le vélo stylé et fluide de l'ère numérique. Garanti presque sans sueur.

Rafal Naczyk

Cowboy 3 : 2290 €, 16,9 kg en tout, poids de la batterie 2,4 kg, autonomie de 70 km.

Pour qui ? Avec sa dégaine, il s'adresse tant au cadre dynamique qu'au bad boy urbain déterminé à faire la nique aux SUV.

On aime :

  • Son design sobre, son côté intuitif et ses petits détails smart comme son feu arrière qui s'illumine lorsque vous ralentissez.
  • Sa nouvelle transmission par courroie en carbone. Pas de chaîne huileuse et zéro entretien jusqu'à 30 000 km.
  • Autre atout, son poids plume : 16,9 kg, là où les meilleurs e-bikes pèsent 23 kg et se négocient entre 3 000 et 4 000 €.

On regrette :

  • Le prix qui grimpe à chaque nouvelle version (1 790 € pour le Cowboy 1, 1 990 € pour le Cowboy 2, 2 290 € pour le Cowboy 3).
  • Le cadre unisexe, "optimisé" pour les mâles de 170 à 195 cm.
  • Garde-boues toujours en option.

Disponible en ligne uniquement

www.cowboy.bike

Rafal Naczyk

C'est probablement le vélo électrique le plus valorisé de l'année et un concurrent direct pour le VanMoof S3 ou encore l'Angell. Les premiers exemplaires du Cowboy 3, le vélo électrique et connecté belge, sont en cours de livraison. Nous avons eu la chance de le prendre en main quelques semaines avant sa sortie."Designed in Belgium", le Cowboy est un vélo qui s'admire avant de l'essayer. Si la V3 reprend le même dessin que la précédente version, avec ce nouveau modèle, Cowboy déploie enfin de nouvelles couleurs. Au noir absolu s'ajoutent désormais un gris anthracite et un gris minéral. Un colori qui ne passe pas inaperçu. Concrètement, il n'a fallu que quelques kilomètres pour se faire interpeller par des passants intrigués. Chez Trends/Tendances, on adore son design rectiligne ultra sobre avec la batterie amovible placée le long du tube de selle. Le cadre en alu, aux soudures polies, offre un poids plume de 16,9 kilos. Mais cette légèreté ne l'empêche pas d'être bien équipé.La "simplexité" comme atoutCar s'il y a une philosophie à apposer à ce vélo, c'est celle de la "simplexité" - traduisez l'art de rendre simples des objets complexes. Ainsi, sur la V3 du désormais célèbre Cowboy, plus de 200 améliorations ont été apportées. Imperceptibles à l'oeil nu. Parmi les nouvelles fonctionnalités, notons la transmission par courroie en carbone, le déverrouillage du vélo automatique lorsque le smartphone est à proximité, les pneus anti-crevaison, l'alerte vol, ainsi que la détection d'accident ou la cartographie de la qualité de l'air (NDLR : deux fonctions encore indisponibles au moment de nos tests, mais prévues dès septembre)... Si, pour des raisons légales, l'assistance électrique est désormais limitée à 25 km/h (contre 30 km/h sur les V1 et V2), le Cowboy 3 garde d'anciennes fonctionnalités comme les excellents freins à disques hydrauliques de Tektro (un modèle de mordant et d'efficacité) ou le feu de freinage qui s'intensifie, pour davantage de sécurité.Confort de conduiteMais au-delà de ses nouvelles fonctionnalités, le plaisir de conduite reste le principal point fort du Cowboy 3. Sa force : il est complètement intuitif. Équipé d'un pignon fixe, le Cowboy n'a pas de dérailleur. Pas de bouton, pas de vitesse. On se met dessus, on roule, et c'est tout. Le changement de vitesses devient pour ainsi dire automatique, via les capteurs et l'accéléromètre qui "sentent" la force que vous appliquez sur les pédales. Résultat : vous gardez toujours les mains sur le guidon. L'esprit libre et alerte. Tout confort sur les pavés. Taillé pour la ville, intuitif et vraiment smart, le Cowboy 3 offre sans doute l'une des expériences de conduite les plus abouties en VAE. C'est dans les montées et au passage du rouge au vert qu'il se montre le plus performant. Durant un mois de test, nous avons ainsi réduit la durée de nos trajets de 30% en moyenne, comparé à un vélo classique. Passant même de 35 à 15 minutes pour un trajet domicile-travail de 7,5 km. Verdict : les années 2010 ont vu apparaître les smartphones et leurs écrans borderless. Malgré un faux départ, l'année 2020 nous offre le premier vélo "effortless". Le vélo stylé et fluide de l'ère numérique. Garanti presque sans sueur. Rafal NaczykCowboy 3 : 2290 €, 16,9 kg en tout, poids de la batterie 2,4 kg, autonomie de 70 km.Pour qui ? Avec sa dégaine, il s'adresse tant au cadre dynamique qu'au bad boy urbain déterminé à faire la nique aux SUV.On aime : On regrette : Disponible en ligne uniquement www.cowboy.bikeRafal Naczyk