L'e-commerce de produits sains et bio Kazidomi attire un nouvel investisseur. Dominique Baudoux, le fondateur de Pranarôm (qu'il a revendu, en 2018, le groupe Inula derrière la marque pour 500 millions au groupe français Adrian) et grand spécialiste des huiles essentielles a récemment investi dans la start-up fondée par le duo d'entrepreneurs Emna Everard et Alain Etienne. Il est, en effet, le leader d'un nouveau "tour de table" à un peu plus d'un million d'euros, accompagné par les investisseurs historiques de la firme. Parmi ces derniers Eric Everard (patron d'easyfairs), François Blondel, Olivier Coune ou Benoit Coenraets (Dynaco).

Pour Alain Etienne, co-fondateur de Kazidomi, la levée de fonds servira, en plus de soutenir la croissance classique de la start-up, à accélérer la stratégie de marques propres. Depuis quelques temps, Kazidomi propose des produits sous sa propre marque. Une manière de dégager des marges plus importantes sur certains types de produits qui se vendent bien et, en quelque sorte, court-circuiter les intermédiaires. La start-up avait déjà lancé différentes gammes notamment dans l'alimentaire (pâtes, pestos, sauce tomate...) mais s'attaque désormais à d'autres domaines, comme la cosmétique. "La stratégie de marque propre est gourmande en capital, admet Alain Etienne. Cela nous oblige à directement acheter des stocks bien plus importants de produits que lorsque l'on passe par des distributeurs. Nous prenons donc plus de risque sur les produits de nos marques." L'arrivée de Dominique Baudoux n'est pas totalement innocente : Kazidomi envisage de lancer des gammes d'huiles essentielles et de compléments alimentaires sous son propre label. L'expertise et le réseau du fondateur emblématique de Pranarôm sera forcément mise à profit.

Jusqu'ici Kazidomi avait levé 1 million en 2019 et 450.000 euros en 2018. Mais à chaque fois, la part en capital ne s'élevait qu'à 300.000 euros. Cette fois-ci, l'augmentation de capital en tant que telle s'élève à plus d'un million d'euros. Les fondateurs conservent encore la majorité du capital de la start-up puisque, d'après nos informations, ils détiennent encore entre 60 et 70% de l'entreprise. La boîte perdait en 2019 encore 250.000 euros. Rien de surprenant dans le mode de croissance d'un e-commerce comme celui-là qui se développe fortement en France, un marché qui représente 80% de son activité. Kazidomi emploie 25 personnes et compte grimper à 40 d'ici la fin de l'année 2020.

L'e-commerce de produits sains et bio Kazidomi attire un nouvel investisseur. Dominique Baudoux, le fondateur de Pranarôm (qu'il a revendu, en 2018, le groupe Inula derrière la marque pour 500 millions au groupe français Adrian) et grand spécialiste des huiles essentielles a récemment investi dans la start-up fondée par le duo d'entrepreneurs Emna Everard et Alain Etienne. Il est, en effet, le leader d'un nouveau "tour de table" à un peu plus d'un million d'euros, accompagné par les investisseurs historiques de la firme. Parmi ces derniers Eric Everard (patron d'easyfairs), François Blondel, Olivier Coune ou Benoit Coenraets (Dynaco). Pour Alain Etienne, co-fondateur de Kazidomi, la levée de fonds servira, en plus de soutenir la croissance classique de la start-up, à accélérer la stratégie de marques propres. Depuis quelques temps, Kazidomi propose des produits sous sa propre marque. Une manière de dégager des marges plus importantes sur certains types de produits qui se vendent bien et, en quelque sorte, court-circuiter les intermédiaires. La start-up avait déjà lancé différentes gammes notamment dans l'alimentaire (pâtes, pestos, sauce tomate...) mais s'attaque désormais à d'autres domaines, comme la cosmétique. "La stratégie de marque propre est gourmande en capital, admet Alain Etienne. Cela nous oblige à directement acheter des stocks bien plus importants de produits que lorsque l'on passe par des distributeurs. Nous prenons donc plus de risque sur les produits de nos marques." L'arrivée de Dominique Baudoux n'est pas totalement innocente : Kazidomi envisage de lancer des gammes d'huiles essentielles et de compléments alimentaires sous son propre label. L'expertise et le réseau du fondateur emblématique de Pranarôm sera forcément mise à profit. Jusqu'ici Kazidomi avait levé 1 million en 2019 et 450.000 euros en 2018. Mais à chaque fois, la part en capital ne s'élevait qu'à 300.000 euros. Cette fois-ci, l'augmentation de capital en tant que telle s'élève à plus d'un million d'euros. Les fondateurs conservent encore la majorité du capital de la start-up puisque, d'après nos informations, ils détiennent encore entre 60 et 70% de l'entreprise. La boîte perdait en 2019 encore 250.000 euros. Rien de surprenant dans le mode de croissance d'un e-commerce comme celui-là qui se développe fortement en France, un marché qui représente 80% de son activité. Kazidomi emploie 25 personnes et compte grimper à 40 d'ici la fin de l'année 2020.