Fabien Pinckaers devait s'envoler ce mois-ci pour Ahmedabad, en Inde. Le Covid-19 en a décidé autrement. C'est ce qu'il a révélé au détour d'une vidéo réalisée pour le média en ligne Startup Vie. " J'avais le projet de partir un an sur place avec ma famille. J'avais déjà inscrit les enfants à l'éc...

Fabien Pinckaers devait s'envoler ce mois-ci pour Ahmedabad, en Inde. Le Covid-19 en a décidé autrement. C'est ce qu'il a révélé au détour d'une vidéo réalisée pour le média en ligne Startup Vie. " J'avais le projet de partir un an sur place avec ma famille. J'avais déjà inscrit les enfants à l'école pour démarrer l'année scolaire début juin. Mais avec la crise et la fermeture des frontières, ça n'a pas pu se faire ", nous explique le CEO d'Odoo. Le but de cette expatriation ? Développer la filiale indienne de sa scale-up, qui emploie au total près de 1.000 personnes. Odoo est présente en Inde depuis sept ans : 150 personnes travaillent sur place pour l'entreprise belge mais le CEO estime que le potentiel du marché local est bien plus important. Comme il l'a fait il y a quatre ans aux Etats-Unis, il veut s'installer à Ahmedabad pour aider la filiale à " passer un cap ". Lors de ses débuts sur le marché indien, Odoo a surtout utilisé la main-d'oeuvre locale pour assurer la recherche et développement (R&D) et faire grandir rapidement la société, pointe le CEO. Mais les choses ont changé : " Aujourd'hui, presque toute la R&D est faite en Belgique. Le futur de l'Inde, c'est son marché local, qui est immense. Le leader de la comptabilité en Inde est un logiciel complètement dépassé. Nous avons donc une chance de prendre le marché ", assure Fabien Pinckaers. Crise sanitaire oblige, son projet d'expatriation et de reprise en main de la filiale indienne est reporté d'un an.