"Le fait que notre cerveau soit un objet de convoitise n'est certes pas nouveau. (...) Nos goûts et désirs sont des données extrêmement précieuses pour les entreprises - et sont furieusement collectées dès que possible. Nos valeurs et façons de comprendre les choses ont toujours été essentielles pour les politiques. Mais, si l'appétit de compréhension, voire de contrôles extérieurs, de notre cerveau ne fait que grandir et s'intensifier, il est aujourd'hui complété d'un autre motif d'intérêt : l'intelligence est la poule aux oeufs d'or de l'ère NBIC (nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives, Ndlr). Qu'il s'agisse de le comprendre, de le contrôler, de l'augmenter, de le modifier ou de l'utiliser, le cerveau biologique est devenu le principal champ de bataille de ce siècle. (...) L'intelligence sera plus que jamais la ressource centrale : plus elle sera développée dans le monde, moins il sera possible de s'en passer. Toutes les rivalités de matières premières et de terres fertiles qui ont jalonné l'histoire des hommes ne seront rien a côté de la furie qui animera les pays et les entreprises pour maîtriser l'intelligence la plus élevée. Le potentiel d'innovation sera mobilisé pour créer toujours plus d'intelligence. "
...