TRENDS-TENDANCES. Faites-nous le pitch d'Easyllabus...

ANTOINE CARIAT. Easyllabus a pour objectif de créer une plateforme communautaire de podcasts académiques. Concrètement, je me base sur des supports de cours comme des résumés et des synthèses d'étudiants pour en faire des podcasts. Les études montrent en effet qu'on retient 10% de ce qu'on lit mais 20% de ce qu'on entend.

Y a-t-il une demande pour ce genre de podcasts ?

J'ai publié 83 podcasts représentant 14 cours sur Spotify et Soundcloud. En un mois et demi, les podcasts totalisent 7.800 écoutes pour environ un millier d'étudiants. Ce qui semble clairement montrer une attraction pour ce type de contenus.

Vous vous basez sur des résumés d'étudiants. Comment garantissez-vous la qualité du contenu ?

Les podcasts sont créés en accord avec les auteurs sur base des contenus à succès partagés notamment sur des groupes Facebook spécialisés. Je précise bien qu'Easyllabus n'est pas responsable de la réussite ou non des étudiants. A eux de faire la part des choses car, bien sûr, si un résumé contient une grosse erreur, elle sera dedans...

Comment comptez-vous gagner de l'argent ?

Via la publicité. En effet, les étudiants ne sont certainement pas prêts à payer pour ce type de podcasts. Mais l'idée est d'intéresser des annonceurs. J'en ai contacté une quinzaine pour l'instant et l'intérêt est là. Mais aucun n'a encore signé.

Produire du contenu n'est pas un business très " scalable ", n'est-ce pas un challenge pour vous ?

Si. La production que je fais moi-même prend du temps. Et si je me fais aider, cela coûte de l'argent. Pour l'instant, je le fais pour démarrer. Mais la vision est d'avoir, à terme, une plateforme propre sur laquelle n'importe quel étudiant pourra poster ses podcasts et il sera rémunéré.

TRENDS-TENDANCES. Faites-nous le pitch d'Easyllabus... ANTOINE CARIAT. Easyllabus a pour objectif de créer une plateforme communautaire de podcasts académiques. Concrètement, je me base sur des supports de cours comme des résumés et des synthèses d'étudiants pour en faire des podcasts. Les études montrent en effet qu'on retient 10% de ce qu'on lit mais 20% de ce qu'on entend. Y a-t-il une demande pour ce genre de podcasts ? J'ai publié 83 podcasts représentant 14 cours sur Spotify et Soundcloud. En un mois et demi, les podcasts totalisent 7.800 écoutes pour environ un millier d'étudiants. Ce qui semble clairement montrer une attraction pour ce type de contenus. Vous vous basez sur des résumés d'étudiants. Comment garantissez-vous la qualité du contenu ?Les podcasts sont créés en accord avec les auteurs sur base des contenus à succès partagés notamment sur des groupes Facebook spécialisés. Je précise bien qu'Easyllabus n'est pas responsable de la réussite ou non des étudiants. A eux de faire la part des choses car, bien sûr, si un résumé contient une grosse erreur, elle sera dedans... Comment comptez-vous gagner de l'argent ? Via la publicité. En effet, les étudiants ne sont certainement pas prêts à payer pour ce type de podcasts. Mais l'idée est d'intéresser des annonceurs. J'en ai contacté une quinzaine pour l'instant et l'intérêt est là. Mais aucun n'a encore signé. Produire du contenu n'est pas un business très " scalable ", n'est-ce pas un challenge pour vous ? Si. La production que je fais moi-même prend du temps. Et si je me fais aider, cela coûte de l'argent. Pour l'instant, je le fais pour démarrer. Mais la vision est d'avoir, à terme, une plateforme propre sur laquelle n'importe quel étudiant pourra poster ses podcasts et il sera rémunéré.