Sur le pignon du numéro 1 de la rue Vanden Branden, s'affiche fièrement le logo d'UberEATS, l'entité de livraison de repas de la bête noire mondiale des taxis. En ce jour gris du mois d'octobre, il y a de l'animation devant le bâtiment : pas mal de jeunes sortent avec leur gros sac noir et un T-shirt UberEATS. Ils viennent d'être recrutés par le nouvel entrant du secteur de la livraison. Un homme d'une quarantaine d'années assis sur son scooter vient lui aussi de s'inscrire pour assurer des livraisons de repas à Bruxelles.
...