On ne peut pas particulièrement dire que ces trois entrepreneurs ont le profil de jeunes start-uppers qui débutent leur projet dans un garage. Les trois fondateurs d'EMAsphere ont déjà un sacré parcours business. Pourtant, leur vision est totalement en phase avec n'importe quel (jeune) boss de start-up du numérique : focus produit, acquisition de clients, croissance internationale, levée de fonds. Et la rentabilité ? " Dans quelques années, priorité à la croissance ", nous répond-on. Et pour l'instant, ils voient juste : on ne parle déjà plus de start-up mais de scale-up : EMAsphere emploie déjà une cinquantaine de personnes, a atteint 1,8 million d'euros de chiffre d'affaires en 2018 et vise le double en 2019, et est parvenue à lever 7,5 millions d'euros.
...