Réinventer le rôle et l'utilisation de la téléphonie en entreprise. Voilà la mission que s'est fixée la start-up Aircall, fondée au sein du start-up studio franco-belge bien connu, eFounders. La solution d'Aircall intègre, sur le mode "software as a service", la téléphonie dans les outils métiers des entreprises : CRM, ERP, helpdesk, etc. Le concept a déjà fait son chemin. Lancée en 2014, la start-up est basée à Paris et New York, emploie pas moins de 300 personnes et sa solution est utilisée par de nombreuses entreprises à travers le monde. Pour continuer à assurer sa croissance, la firme lève... 60 millions d'euros (65 millions de dollars) auprès de ses investisseurs historiques (eFounders, Draper Esprit, Balderton et NextWorld) mais aussi de nouveaux arrivants parmi lesquels le fonds DTCP avec la participation d'investisseurs tels qu'Adam Street. Cette "serie C", comme on l'évoque dans le jargon de la tech, fait suite à plusieurs grosses levées de fonds précédents. En 2018, la firme levait déjà 29 millions d'euros en serie B. Ce qui porte à plus de 100 millions d'euros le total des fonds levés par Aircall. La start-up se voit renforcée par la tendance, lourde, de digitalisation des entreprises. De plus en plus de firmes se tournent, en effet, vers des solutions "cloud" pour toute une série d'application, en ce compris la gestion des appels téléphoniques. Sans oublier l'autre grande tendance : le "new way of working" qui s'organise de plus en plus autour du travail "en remote" et de la flexibilité des collaborateurs. Ces derniers mois, évidemment, Aircall a été utilisée par pas mal d'entreprises qui devaient gérer rapidement la transition vers le télétravail...

Réinventer le rôle et l'utilisation de la téléphonie en entreprise. Voilà la mission que s'est fixée la start-up Aircall, fondée au sein du start-up studio franco-belge bien connu, eFounders. La solution d'Aircall intègre, sur le mode "software as a service", la téléphonie dans les outils métiers des entreprises : CRM, ERP, helpdesk, etc. Le concept a déjà fait son chemin. Lancée en 2014, la start-up est basée à Paris et New York, emploie pas moins de 300 personnes et sa solution est utilisée par de nombreuses entreprises à travers le monde. Pour continuer à assurer sa croissance, la firme lève... 60 millions d'euros (65 millions de dollars) auprès de ses investisseurs historiques (eFounders, Draper Esprit, Balderton et NextWorld) mais aussi de nouveaux arrivants parmi lesquels le fonds DTCP avec la participation d'investisseurs tels qu'Adam Street. Cette "serie C", comme on l'évoque dans le jargon de la tech, fait suite à plusieurs grosses levées de fonds précédents. En 2018, la firme levait déjà 29 millions d'euros en serie B. Ce qui porte à plus de 100 millions d'euros le total des fonds levés par Aircall. La start-up se voit renforcée par la tendance, lourde, de digitalisation des entreprises. De plus en plus de firmes se tournent, en effet, vers des solutions "cloud" pour toute une série d'application, en ce compris la gestion des appels téléphoniques. Sans oublier l'autre grande tendance : le "new way of working" qui s'organise de plus en plus autour du travail "en remote" et de la flexibilité des collaborateurs. Ces derniers mois, évidemment, Aircall a été utilisée par pas mal d'entreprises qui devaient gérer rapidement la transition vers le télétravail...