Apple a présenté de nouveaux smartphones, tablettes et montres high-tech à grand renfort de superlatifs. Mais lors de ce nouveau show, Apple montre surtout que la maximisation des profits et la sécurité de l'approvisionnement prévalent dorénavant sur l'innovation.
...

Apple a présenté de nouveaux smartphones, tablettes et montres high-tech à grand renfort de superlatifs. Mais lors de ce nouveau show, Apple montre surtout que la maximisation des profits et la sécurité de l'approvisionnement prévalent dorénavant sur l'innovation.Il y a une raison pour laquelle Apple laisse la grisaille prévaloir. Le milliard d'utilisateurs d'iPhone est bien séparé du reste du marché des smartphones. L'entreprise ressent donc peu de pression pour prendre des risques, car très peu d'utilisateurs passent à Samsung ou à d'autres concurrents. Obsédé par le contrôle, Steve Jobs, le fondateur d'Apple, était presque fondamentaliste dans sa croyance en l'intégration verticale. Lors du lancement de l'iPhone en 2007, il s'est sérieusement demandé si Apple ne pouvait pas être elle-même un opérateur de télécommunications, et il a toujours insisté pour que chaque appareil développé par Apple soit doté d'un système d'exploitation propriétaire.Une cage dorée pour les utilisateursCette intégration verticale est née de la vision selon laquelle Apple ne devait dépendre de personne, et aussi parce que de cette façon, la société pouvait enfermer ses utilisateurs dans une cage dorée. Chaque produit supplémentaire, chaque service supplémentaire qu'Apple pouvait vendre était en même temps un verrou supplémentaire sur la cage dorée autour de ses clients. En outre, Apple n'aime rien tant que de protéger ses appareils et ses systèmes de manière subtile ou non. Dans le cadre de la bataille juridique avec le développeur de Fortnite, Epic Games, un courriel a été publié dans lequel Craig Federighi, haut responsable d'Apple, a déclaré qu'il ne voulait pas que le service de messagerie d'Apple, iMessage, fonctionne également sur les appareils Android. Un service de messagerie universel rendrait moins attrayant l'achat d'un autre iPhone.Apple fait également de son mieux pour écarter la concurrence lorsqu'il s'agit de ses accessoires. Les écouteurs sans fil de Samsung ou d'autres concurrents n'ont pas un accès complet à tous les logiciels internes de l'iPhone, ils ne peuvent donc pas être un concurrent à part entière des Airpods d'Apple. Ces écouteurs ont été l'un des produits les plus réussis et les plus rentables d'Apple ces dernières années. Cela ne semble important que pour les techniciens et les passionnés de gadgets, mais ce n'est pas du tout le cas. Il s'agit de pouvoir pur, non dilué. La génération actuelle des géants de la technologie comme Apple est trop puissante et peut abuser de sa position de pouvoir pour nuire à ses clients, ses fournisseurs, ses employés. Les partisans d'une approche moins stricte à l'égard des géants de la technologie affirment qu'il est inutile d'intenter des procès ou de démanteler des entreprises. Selon eux, le marché et l'innovation technologique feront disparaître les géants de la technologie d'eux-mêmes. Le smartphone a brisé la domination du système d'exploitation Windows, et la domination des mobiles classiques de Nokia.En théorie, les lunettes intelligentes pourraient prochainement provoquer un changement de garde dans l'électronique grand public. Mais les composants des lunettes intelligentes ne sont pas encore assez puissants. Ils devront donc communiquer de manière intensive avec le smartphone, ce superordinateur dans notre poche. Apple n'a donc pas à craindre le sort de Nokia. Il occupe une position forte sur le marché des smartphones et peut facilement contrecarrer les fabricants concurrents de lunettes intelligentes.Vous pouvez ainsi parier que les lunettes intelligentes de Samsung ou d'autres fabricants ne pourront pas fonctionner de manière aussi transparente avec l'iPhone que les lunettes intelligentes d'Apple. Seuls l'Union européenne ou les États-Unis peuvent faire respecter une telle chose en imposant des normes universelles. Tant que cela ne se produit pas, Apple pourra vendre sans trop de problèmes un autre appareil à son milliard d'utilisateurs dans les années à venir. Ces lunettes intelligentes ne doivent même pas avoir les meilleurs composants, fonctionnalités ou prix. L'iPhone l'a prouvé pendant des années.