"Conçues pour le vol de propriété intellectuelle, ces attaques de cyber-espionnage touchent de plus de plus le secteur industriel ainsi que les PME de moins de 250 salariés, qui sont la cible de 31% de ces attaques", contre 18% un an plus tôt, résume ce rapport.

"Les PME s'estiment souvent à l'abri des attaques ciblées, mais les cybercriminels sont attirés par leurs coordonnées bancaires, leurs données commerciales et leur propriété intellectuelle. Leur infrastructure et leurs pratiques de sécurité sont souvent inadéquates", indique Symantec.

"Conçues pour le vol de propriété intellectuelle, ces attaques de cyber-espionnage touchent de plus de plus le secteur industriel ainsi que les PME de moins de 250 salariés, qui sont la cible de 31% de ces attaques", contre 18% un an plus tôt, résume ce rapport. "Les PME s'estiment souvent à l'abri des attaques ciblées, mais les cybercriminels sont attirés par leurs coordonnées bancaires, leurs données commerciales et leur propriété intellectuelle. Leur infrastructure et leurs pratiques de sécurité sont souvent inadéquates", indique Symantec.