À l'heure actuelle, 90% des offres d'emploi requièrent des compétences numériques et l'UWE (Union Wallonne des Entreprises) dénombre plus de 30.000 postes vacants à pourvoir en Wallonie. Selon l'enquête PISA internationale qui vise à évaluer les acquis, les élèves wallons sont moins bons que les élèves flamands en sciences, en mathématiques et en lecture. Il est donc grand temps d'enseigner aux jeunes les compétences nécessaires. Le Pacte d'Excellence de la ministre Schyns représente une opportunité en ce sens. Mais il n'est pas uniquement question de compétences numériques purement "techniques". Les compétences dites "du XXIe siècle", telles que l'emploi du numérique, l'esprit d'entreprise et la résolution créative de problèmes, méritent au moins autant d'attention.

Les enfants grandissent dans un monde en pleine mutation, où la technologie évolue de manière exponentielle. Si les futurs employeurs attendent des travailleurs formés au numérique, l'enseignement doit faire des efforts pour s'y adapter (lisez: pour suivre cette évolution). Apprendre aux jeunes à poser un regard critique sur les médias sociaux, les informer des dernières tendances en matière d'innovation... Voilà quelques-unes des stratégies pédagogiques du XXIe siècle qui méritent leur place dans le programme scolaire. À nos yeux, le "Pacte d'Excellence" de la ministre Schyns n'accorde pas suffisamment d'importance à ces compétences.

Le "tronc commun", un ensemble de cours commun aux élèves jusqu'à 15 ans qui vise à affûter les compétences de base des élèves, fait actuellement l'objet d'un débat houleux. Pourquoi ne pas y inclure des matières comme la programmation? Il s'agit d'une occasion unique d'enseigner la programmation au titre de compétence de base à un vaste groupe d'élèves. Plusieurs États membres de l'UE, dont la France, ont déjà ajouté la programmation à leur programme. À juste titre! C'est un excellent moyen de familiariser les élèves avec la technologie, mais aussi de renforcer leur logique et leur capacité à résoudre des problèmes.

En sa qualité d'entreprise technologique internationale forte d'une riche expérience en matière d'innovation pédagogique, Samsung sait quelles compétences sont nécessaires aujourd'hui et le seront encore demain. Mais soyons clairs: les véritables experts de l'enseignement sont les enseignants et les directeurs. Il est essentiel de les former comme il se doit pour qu'ils puissent aborder certains sujets et utiliser les outils en toute confiance. C'est d'ailleurs ce qu'a révélé une étude relative à l'enseignant innovant menée par l'UCL et l'UGent, qui démontre la présence d'obstacles à l'utilisation de la technologie en classe. Une infrastructure adaptée est indispensable, mais une formation et un accompagnement personnalisés des enseignants actuels et futurs le sont encore plus. Samsung y contribue depuis plusieurs années au travers du programme Smart Education Hub en Belgique. Il en ressort notamment qu'une collaboration étroite avec les différentes parties prenantes, dont les entreprises technologiques, favorisera le passage à une éducation moderne axée sur les compétences numériques.

L'enseignement francophone va subir un profond remaniement en 2019. Un changement nécessaire, mais aussi une occasion unique de tirer pleinement parti des compétences numériques du XXIe siècle et de rattraper ainsi de manière innovante les leaders européens de l'enseignement.