L'autorité indique dans un communiqué avoir "engagé une procédure contre Google Germany et Alphabet (...) concernant d'éventuelles pratiques restrictives à la concurrence au détriment de services de cartographie alternatifs sur sa plateforme Google Maps".

Concrètement, il est reproché au géant américain de "limiter la possibilité de combiner le service de cartographie de Google avec des cartes (réalisées) par des tiers", a détaillé l'institut.

Cette pratique "risque d'entraver la concurrence dans le domaine des services de cartographie", ajoute-t-il.

L'office anti-cartel compte donc dans le cadre de son enquête examiner "si cette pratique permet à Google d'étendre sa position de force" sur le marché de la cartographie en ligne.

Des "clients et concurrents de Google" seront interrogés "dans les prochaines semaines", ajoute l'agence.

"Google, en tant qu'entreprise exerçant une position dominante sur les marchés, est soumise à une surveillance renforcée en matière d'abus", commente Andreas Mundt, son président.

L'ouverture de cette enquête est permise par une loi entrée en vigueur l'an dernier, qui renforce les pouvoirs du gendarme de la concurrence allemand face aux grandes entreprises numériques.

Cette législation lui permet notamment de prendre des mesures immédiates, ou ouvrir des enquêtes, pour empêcher certaines pratiques anticoncurrentielles.

Seule condition : que l'entreprise soit considérée en situation de "position dominante sur le marché", une qualification appréciée par l'office.

Alphabet, la maison mère de Google, et Meta, qui gère Facebook, ont tous deux été mis sous surveillance renforcée par l'Office après avoir été rangés dans cette catégorie.

Amazon et Apple sont également visés, mais n'ont pour le moment pas reçu cette qualification.

L'autorité indique dans un communiqué avoir "engagé une procédure contre Google Germany et Alphabet (...) concernant d'éventuelles pratiques restrictives à la concurrence au détriment de services de cartographie alternatifs sur sa plateforme Google Maps".Concrètement, il est reproché au géant américain de "limiter la possibilité de combiner le service de cartographie de Google avec des cartes (réalisées) par des tiers", a détaillé l'institut.Cette pratique "risque d'entraver la concurrence dans le domaine des services de cartographie", ajoute-t-il.L'office anti-cartel compte donc dans le cadre de son enquête examiner "si cette pratique permet à Google d'étendre sa position de force" sur le marché de la cartographie en ligne.Des "clients et concurrents de Google" seront interrogés "dans les prochaines semaines", ajoute l'agence."Google, en tant qu'entreprise exerçant une position dominante sur les marchés, est soumise à une surveillance renforcée en matière d'abus", commente Andreas Mundt, son président.L'ouverture de cette enquête est permise par une loi entrée en vigueur l'an dernier, qui renforce les pouvoirs du gendarme de la concurrence allemand face aux grandes entreprises numériques.Cette législation lui permet notamment de prendre des mesures immédiates, ou ouvrir des enquêtes, pour empêcher certaines pratiques anticoncurrentielles.Seule condition : que l'entreprise soit considérée en situation de "position dominante sur le marché", une qualification appréciée par l'office.Alphabet, la maison mère de Google, et Meta, qui gère Facebook, ont tous deux été mis sous surveillance renforcée par l'Office après avoir été rangés dans cette catégorie.Amazon et Apple sont également visés, mais n'ont pour le moment pas reçu cette qualification.