Feelo, société tournaisienne fondée par Félix Meyrant et Baptiste Guérin, est née d'une expérience malheureuse. Les deux fondateurs s'étaient retrouvés voici trois ans à Prague à Noël en espérant participer à une "teuf" d'enfer. Ils avaient dû finalement se contenter de passer le réveillon avec l'hôtelier qui les hébergeait, faute d'avoir pu rencontrer des jeunes qui, comme eux, souhaitaient faire la fête. Pourtant, ils auraient pu. Le lendemain, ils avaient rencontré des Brésiliens qui séjournaient à deux pas de leur hôtel et avaient eux aussi dû passer Noël en solo. L'idée d'une application permettant aux voyageurs et aux locaux de partager un bon moment avec de nouvelles personnes, autour d'une envie commune, est née de cette aventure...

Le principe est simple: l'utilisateur active son envie du moment (aller boire un verre, découvrir la ville, effectuer une visite culturelle, passer un réveillon...) et Feelo identifie instantanément les personnes aux alentours partageant la même envie. L'application cible non seulement les voyageurs et les locaux à la recherche de rencontres et d'expériences, mais aussi les acteurs qui peuvent offrir ces expériences (musées, salles de concert, restaurants, offices du tourisme, etc.).

"Sur le marché, il existe déjà des plateformes pour trouver son compagnon de voyage, des forums de partage d'expériences, des réseaux sociaux pour planifier en amont des rencontres pour des voyages à venir, constatent les fondateurs de l'application. Mais paradoxalement, quand ils sont en déplacement, les voyageurs ont souvent de réelles difficultés à renouer du lien social de façon simple et efficace."

D'abord Bruxelles

Concrètement, expliquent-ils, "l'utilisateur choisira son envie. Il activera l'appli pour la durée souhaitée. Feelo proposera alors instantanément des profils répondant à ce souhait. Les utilisateurs pourront discuter ensemble depuis la plateforme et se mettre d'accord sur un spot: un parc, un bar, etc. Feelo se chargera ensuite de les guider directement depuis l'interface 'Map'".

Une appli bêta a été créée et testée un mois dans un incubateur de start-up au Canada. Désormais, Félix Meyrant et Baptiste Guérin travaillent à la finalisation de Feelo afin de lancer l'application sur la région bruxelloise au début des vacances, en juin. Le duo, qui bénéficie déjà d'un prêt convertible de 25.000 euros accordé par l'accélérateur de start-up Digital Attraxion et qui discute avec Wapinvest pour 25.000 en prêt et 25.000 en capital, cherche via ce crowdfunding à lever un maximum de 250.000 euros sur la plateforme Spreds qui permet de bénéficier des avantage du tax shelter. Feelo a également rejoint le réseau EuroQuity qui met en relation sociétés, investisseurs et partenaires éventuels.

Le gros du montant levé (225.000 euros sur les 250.000 espérés) financera la recherche et développement, le solde allant au marketing.

Feelo, qui a besoin de 150.000 euros pour tenir l'an prochain, négocie aussi avec les autorités wallonnes l'octroi d'une avance récupérable pour financer une partie de sa R&D, et a rentré un dossier pour subsidier 75% de ses frais de marketing.

Cette levée de fonds se termine mi-décembre.

Feelo, société tournaisienne fondée par Félix Meyrant et Baptiste Guérin, est née d'une expérience malheureuse. Les deux fondateurs s'étaient retrouvés voici trois ans à Prague à Noël en espérant participer à une "teuf" d'enfer. Ils avaient dû finalement se contenter de passer le réveillon avec l'hôtelier qui les hébergeait, faute d'avoir pu rencontrer des jeunes qui, comme eux, souhaitaient faire la fête. Pourtant, ils auraient pu. Le lendemain, ils avaient rencontré des Brésiliens qui séjournaient à deux pas de leur hôtel et avaient eux aussi dû passer Noël en solo. L'idée d'une application permettant aux voyageurs et aux locaux de partager un bon moment avec de nouvelles personnes, autour d'une envie commune, est née de cette aventure... Le principe est simple: l'utilisateur active son envie du moment (aller boire un verre, découvrir la ville, effectuer une visite culturelle, passer un réveillon...) et Feelo identifie instantanément les personnes aux alentours partageant la même envie. L'application cible non seulement les voyageurs et les locaux à la recherche de rencontres et d'expériences, mais aussi les acteurs qui peuvent offrir ces expériences (musées, salles de concert, restaurants, offices du tourisme, etc.). "Sur le marché, il existe déjà des plateformes pour trouver son compagnon de voyage, des forums de partage d'expériences, des réseaux sociaux pour planifier en amont des rencontres pour des voyages à venir, constatent les fondateurs de l'application. Mais paradoxalement, quand ils sont en déplacement, les voyageurs ont souvent de réelles difficultés à renouer du lien social de façon simple et efficace." Concrètement, expliquent-ils, "l'utilisateur choisira son envie. Il activera l'appli pour la durée souhaitée. Feelo proposera alors instantanément des profils répondant à ce souhait. Les utilisateurs pourront discuter ensemble depuis la plateforme et se mettre d'accord sur un spot: un parc, un bar, etc. Feelo se chargera ensuite de les guider directement depuis l'interface 'Map'". Une appli bêta a été créée et testée un mois dans un incubateur de start-up au Canada. Désormais, Félix Meyrant et Baptiste Guérin travaillent à la finalisation de Feelo afin de lancer l'application sur la région bruxelloise au début des vacances, en juin. Le duo, qui bénéficie déjà d'un prêt convertible de 25.000 euros accordé par l'accélérateur de start-up Digital Attraxion et qui discute avec Wapinvest pour 25.000 en prêt et 25.000 en capital, cherche via ce crowdfunding à lever un maximum de 250.000 euros sur la plateforme Spreds qui permet de bénéficier des avantage du tax shelter. Feelo a également rejoint le réseau EuroQuity qui met en relation sociétés, investisseurs et partenaires éventuels. Le gros du montant levé (225.000 euros sur les 250.000 espérés) financera la recherche et développement, le solde allant au marketing. Feelo, qui a besoin de 150.000 euros pour tenir l'an prochain, négocie aussi avec les autorités wallonnes l'octroi d'une avance récupérable pour financer une partie de sa R&D, et a rentré un dossier pour subsidier 75% de ses frais de marketing. Cette levée de fonds se termine mi-décembre.