Envoyer un message depuis une montagne, au coeur d'une vaste forêt ou d'un bout d'océan sera enfin possible avec un smartphone classique. Cette annonce a été faite aux Etats-Unis par T-Mobile et SpaceX. Les CEO des deux entreprises, Mike Sievert et Elon Musk, ont expliqué le lancement fin 2023 d'un service de communication par SMS/MMS dans un premier temps, puis de services vocaux, via les satellites Starlink d'Elon Musk. A travers la société SpaceX, ce dernier possède, une constellation...

Envoyer un message depuis une montagne, au coeur d'une vaste forêt ou d'un bout d'océan sera enfin possible avec un smartphone classique. Cette annonce a été faite aux Etats-Unis par T-Mobile et SpaceX. Les CEO des deux entreprises, Mike Sievert et Elon Musk, ont expliqué le lancement fin 2023 d'un service de communication par SMS/MMS dans un premier temps, puis de services vocaux, via les satellites Starlink d'Elon Musk. A travers la société SpaceX, ce dernier possède, une constellation de plus de 2.300 satellites fournissant l'accès à l'internet rapide. Elle sera adaptée pour fournir un service de communication aux smartphones des abonnés de T-Mobile, dans les zones sans couverture ou en cas de catastrophe naturelle, quand les réseaux mobiles sont perturbés. "Nos abonnements les plus populaires incluront ce service gratuitement", promet Mike Sievert, CEO de T-Mobile lors de l'annonce effectuée au Texas, devant quelques prototypes de Starship, la fusée qui enverra les satellites. La téléphonie par satellite nécessite actuellement du matériel et un abonnement spécifique. Un terminal Iridium d'entrée de gamme revient à 350 euros. Il faudra cependant attendre l'arrivée d'une nouvelle génération de satellites, plus grands que les Starlink actuels et équipés d'une énorme antenne de 25 m2, indispensable pour envoyer un signal à des téléphones à 500 km d'altitude. T-Mobile promet que le service sera accessible aux visiteurs aux Etats-Unis, apparemment sous un régime de réciprocité, moyennant l'ouverture du même service dans les pays des visiteurs. "C'est une invitation ouverte à tous les opérateurs télécoms dans le monde", explique Elon Musk.Proximus analyse la question. Son intérêt est mesuré car son réseau couvre 99% de la population belge et va être amélioré avec la mise en commun des antennes avec Orange. Ce service pourrait être plus intéressant pour les pays qui ont des zones mal couvertes, comme les Alpes ou les Pyrénées. La fusée capable de lancer ces nouveaux satellites plus lourds n'est pas encore en service. Baptisée Starship, elle emportera 100 tonnes, contre moins de 23 tonnes pour la fusée Dragon utilisée pour les Starlink actuels. A l'ouverture du service, le nombre de satellites ne suffira pas pour assurer une connectivité permanente. Elon Musk prévient qu'il faudra, au début, jusqu'à 30 minutes pour envoyer un message.