Le feuilleton de la 5G a tenu ses promesses: la vente des fréquences dédiées à cette technologie a dépassé le prix record de 1,2 milliard d'euros, soit un montant plus de trois fois supérieur à ce qu'avaient rapporté les enchères 4G en 2013, avec 360 millions.
...

Le feuilleton de la 5G a tenu ses promesses: la vente des fréquences dédiées à cette technologie a dépassé le prix record de 1,2 milliard d'euros, soit un montant plus de trois fois supérieur à ce qu'avaient rapporté les enchères 4G en 2013, avec 360 millions. L'Etat bénéficiaire n'est pas le seul à se réjouir de cette juteuse transaction. L'association de consommateurs Test Achats salue aussi cette vente car elle marque l'arrivée d'un nouvel opérateur sur le marché belge des télécoms. Cinq entreprises étaient candidates à l'achat des bandes de fréquences 5G - les trois grands opérateurs du pays (Proximus, Telenet et Orange Belgium) et deux outsiders (le wallon NRB et le flamand Cegeka/CityMesh) - et c'est précisément de ce dernier candidat qu'est venue la surprise des enchères. Principalement axé sur le marché B to B, Cegeka/CityMesh s'est en effet associé à l'opérateur roumain Digi pour attaquer aussi le marché B to C belge de la 5G. Avec un chiffre d'affaires de 1,5 milliard d'euros l'année dernière, Digi compte aujourd'hui près de 19 millions de clients, principalement répartis en Roumanie mais aussi en Italie, en Espagne et au Portugal. Lire aussi | Pascal Laffineur (NRB) sur la 5G: "L'ancrage local est un argument de poids"L'arrivée de cet opérateur low cost sur notre marché devrait attiser la concurrence et forcément faire baisser les prix des télécommunications en Belgique qui, souligne Test Achats, sont "beaucoup trop élevés et supérieurs à ceux des pays voisins".