Quand le monde du design suédois croise celui du high-tech américain, cela donne des objets hybrides. Discrets, usuels et pratiques à la fois. En 2019, Ikea s'est offert la caution qualitative audio de Sonos pour convaincre ses clients d'acheter ses enceintes compatibles WiFi. Premiers fruits de cette collaboration : une lampe haut-parleur et un modèle "etagère", nommés Symfonisk. Une nouvelle gamme est née, avec une vision très fonctionnelle. Et cela a bien fonctionné.
...

Quand le monde du design suédois croise celui du high-tech américain, cela donne des objets hybrides. Discrets, usuels et pratiques à la fois. En 2019, Ikea s'est offert la caution qualitative audio de Sonos pour convaincre ses clients d'acheter ses enceintes compatibles WiFi. Premiers fruits de cette collaboration : une lampe haut-parleur et un modèle "etagère", nommés Symfonisk. Une nouvelle gamme est née, avec une vision très fonctionnelle. Et cela a bien fonctionné. Deux ans après, Sonos récidive dans le même état d'esprit. Le dernier-né de l'alliance entre la marque californienne et le géant suédois transgresse encore plus les genres, puisqu'il a la forme d'un "cadre". Ikea x Sonos Symfonisk : l'enceinte déco comme un tableauAvec une épaisseur d'à peine 6 cm, le Symfonisk s'accroche horizontalement ou verticalement au mur comme un tableau. Seul un cordon d'alimentation en dépasse, car l'appareil fonctionne sans batterie. Proposée en série avec des façades amovibles (blanche ou noire avec des motifs), l'enceinte peut aussi s'offrir une autre façade parmi 12 modèles proposés (vendus de 20 € à 20,99 €). Ces façades optionnelles créent davantage l'illusion d'un tableau. Celle représentant une platine vinyle fera sans doute le meilleur effet, mais on peut aussi opter pour une façade représentant un papillon ou des fleurs. Bravo pour la déco!Elle se pilote soit depuis le smartphone de son propriétaire, soit depuis le bouton play-pause situé à l'arrière. Il est cependant nécessaire de télécharger l'application Sonos S2 et de se créer un compte pour configurer Symfonisk. Bon point néanmoins, et c'est ici essentiel : la qualité sonore est au rendez-vous. On retrouve ainsi la signature Sonos, avec un son assez dynamique, précis dans les aigus, riche en médiums et plutôt équilibré. Grâce à la fonction True Play, on peut même calibrer l'appareil selon la configuration de la pièce dans laquelle elle se trouve. Autre avantage : deux modèles posés au mur peuvent fonctionner en stéréo. Par ailleurs, chaque cadre est compatible avec toute la gamme Sonos et les autres enceintes Wi-Fi de la collection Symfonisk. Tout simplement épatant. Prix : 179 eurosSony LSPX-S3 : en verre, lumineuse et sans filDe son côté, Sony a récemment dévoilé la LSPX-S3 : une enceinte sans fil qui reprend la forme des vieilles lampes à pétrole pour offrir une expérience sonore et visuelle raffinée. D'un design tout aussi fonctionnel et minimaliste, cet objet a la spécificité d'être en verre, un élément rarement utilisé pour la musique. Comme l'enceinte d'IKEA, la LSPX-S3 est faite pour s'accommoder avec le mobilier d'un appartement et fournit une lumière chaleureuse à la pièce où elle est installée. Le mode bougie donne littéralement l'impression que la lumière reproduit une flamme vacillante, comme dans une lampe à pétrole. L'enceinte, compatible avec le Bluetooth, contient la technologie Advanced vertical drive, qui utilise trois actionneurs discrètement fixés à l'extrémité du verre organique pour faire vibrer l'ensemble du tweeter en verre et diffuser le son à 360°. Avec un diaphragme de 46 mm, le son proposé est étonnamment équilibré. Le mode Bass Boost permet de renforcer les basses. Un micro est également intégré pour pouvoir répondre à des appels vocaux et vidéos, n'importe où dans la maison. Totalement portable, l'enceinte LSPX-S3 offre jusqu'à 8 heures d'autonomie. Elle propose aussi 4 modes d'éclairage différents avec 32 niveaux de luminosité, de quoi adapter la luminosité à son humeur d'un simple glissement de doigt sur le capteur tactile. Zen et tellement cristallin.Prix : 350 euros (commercialisée dès le mois d'août).Rafal Naczyk