Mustapippurimylly. Pas facile à prononcer... mais cet entrepreneur de la tech s'amuse, le poivrier en main, à essayer de lire ce mot qui veut dire "moulin à poivre noir", en finnois. C'est le premier repas du groupe à Kittilä, en Laponie, où se déroule la première édition de la Trends Winter University, l'événement de haut vol organisé par notre magazine pour les entrepreneurs belges du numérique. Le concept? Regrouper les fondateurs de scale-up pour un moment d'échange d'expériences et de rencontres, dans un endroit inspirant et loin des tracas du quotidien.
...

Mustapippurimylly. Pas facile à prononcer... mais cet entrepreneur de la tech s'amuse, le poivrier en main, à essayer de lire ce mot qui veut dire "moulin à poivre noir", en finnois. C'est le premier repas du groupe à Kittilä, en Laponie, où se déroule la première édition de la Trends Winter University, l'événement de haut vol organisé par notre magazine pour les entrepreneurs belges du numérique. Le concept? Regrouper les fondateurs de scale-up pour un moment d'échange d'expériences et de rencontres, dans un endroit inspirant et loin des tracas du quotidien. A l'origine, l'événement devait se dérouler au mois de mars 2020... mais il a été empêché par la pandémie de covid et a été reporté à deux reprises. C'est donc avec une joie non dissimulée que les participants ont atterri sur le petit aéroport de Kittilä d'où ils ont directement été emmenés pour s'équiper de combinaisons et chaussures adaptées aux températures locales: jusque -7 °C par moment. Au total, quelque 35 entrepreneurs de start-up et scale-up ont été réunis, parmi lesquels plusieurs "stars" néerlandophones comme Stijn Christiaens, cofondateur de la méga-licorne Collibra, Pieterjan Bouten et Louis Jonckheere, les fondateurs de Showpad ou encore Jan Hollez, cofondateur de Deliverect, devenue licorne l'an passé, pour ne citer qu'eux. Côté francophone, citons notamment Jeremy Le Van, cofondateur de Sunrise, revendue 100 millions à Microsoft en 2015, mais aussi Christophe Rousseau, ancien CEO d'Immoweb, Sébastien Deletaille (Riaktr, Rosa), Thomas Goubau (Aproplan devenue Let's Build) ou Dominique Mangiatordi, spécialiste de la gamification avec son studio Øpp. La première après-midi lapone s'est poursuivie avec un repas et une visite de la Luvattuma Levi Ice Gallery, un hôtel de glace comme on n'en rencontre que dans ces régions. Rapidement, les contacts se sont noués lors de cette première visite, y compris dans le toboggan de glace que certains n'ont pas hésité à essayer. Il faut dire que "chacun est arrivé avec un esprit très détendu et une vraie ouverture d'esprit, note Mélanie Cramazou, head of project news & biz chez Roularta. Visiblement, tous les entrepreneurs présents ont abordé le séjour dans la bonne dynamique: celle de faire des rencontres et d'être dans un partage ouvert de connaissances et d'expériences." Ce qui s'est vu dès l'apéro et le repas informel du soir: au bar du Levi Panorama Hotel, autour d'une bière ou d'un cocktail, les premiers ice breakers s'organisaient entre ceux qui ne se connaissaient pas, tandis que pour ceux qui ne s'étaient plus vus depuis un moment, c'était l'occasion d'échanger sur les avancées de leurs projets respectifs. "Dans l'écosystème, on se connaît mais on n'a pas toujours l'opportunité de prendre le temps pour rencontrer ses pairs, reconnaît Sébastien Deletaille. Tandis qu'ici, loin du bureau, on a rapidement pu entamer des discussions sur l'état d'avancement des projets, et entrer dans des échanges hautement qualitatifs durant lesquels chacun partage, ouvertement, ses expériences et ses difficultés." Et cela même avant le démarrage du programme académique qui se tenait le dimanche matin, après le petit-déjeuner. L'ouverture de l'université d'hiver devait se faire par un keynote d'Uri Levine, fondateur de Waze, revendue à Google en 2013 pour plus d'un milliard de dollars, qui avait accepté de faire le déplacement. Mais une chute à ski le privant de cette virée lapone, l'entrepreneur israélien a été remplacé au pied levé par Stijn Christiaens, cofondateur de Collibra, spécialiste de la gestion de données, valorisée à plus de 5 milliards de dollars! Une keynote inspirante et sincère durant laquelle le cofondateur est revenu sur le parcours de sa licorne sans passer sous silence les galères du début, dans les foires et salons, le pivot nécessaire, les périodes difficiles sur le plan personnel... Ensuite, les journalistes de Trends et Trends-Tendances et les spécialistes de PwC, partenaires de l'événement, avaient organisé une série de sessions de travail sur des thématiques chères aux entrepreneurs du digital, en désignant certains d'entre eux comme lead speakers d'une discussion à bâtons rompus. Ainsi, Jurgen Ingels, aujourd'hui fondateur du fonds SmartFin Capital, a décrypté l'impact du covid sur les levées de fonds, tandis que Louis Jonckheere a partagé sa vision sur les acquisitions en vue de grandir plus vite. Au même moment, Jeremy Le Van partageait ses bons plans pour rendre son produit "aussi addictif que le tabac", lui qui est parvenu avec ses associés à attirer 6 millions d'utilisateurs sur Sunrise. Bien que chaque topic ait eu son lead speaker, "toutes les sessions étaient particulièrement interactives et engageantes, s'est réjoui Pieterjan Bouten, cofondateur de Showpad, scale-up star au nord du pays, et orateur régulier des tables rondes. J'ai donc aussi eu beaucoup de plaisir à apprendre des choses grâces aux autres entrepreneurs." Parmi les autres sujets débattus le long des deux matinées de tables rondes, certaines thématiques très précises - et "de haut vol", nous précise un participant pourtant expérimenté - furent discutées. Par exemple: "comment négocier de gros tours de table, la dilution et les pactes d'actionnaires", évoqué par Pieterjan Bouten qui a également partagé, lors d'une autre session le moment où "un fondateur-CEO doit laisser la main à un CEO expérimenté". A l'heure de la guerre des talents et de la difficulté de recruter certains types de profils dans la tech, les codeurs notamment, Jan Hollez, cofondateur de la licorne flamande Deliverect, a fait le point sur "comment trouver, attirer et retenir les bons talents pour passer rapidement de 0 à 100 employés". Même s'il dirige une agence digitale et ne développe pas un produit en tant que tel, Matthieu Hosselet, cofondateur de l'agence digitale MKKM, tenait aussi à faire le déplacement en Laponie. "Je me pose beaucoup de questions sur la façon de maintenir et d'accélérer notre croissance, dit-il. J'ai trouvé à la TWU énormément d' insights stratégiques et opérationnels. Un des challenges que l'on peut rencontrer, c'est de maintenir la croissance. Je suis ainsi venu trouver des réponses sur les différentes possibilités à ce niveau: acquisitions, fusion, rejoindre un grand groupe, etc. Je repars avec plein d'infos sur ce qu'il est possible de faire et, surtout, beaucoup de retours concrets et argumentés sur la manière dont cela se passe. Cela fait aussi plaisir de sentir que l'on n'est pas seul à connaître des difficultés qui font partie du parcours d'entrepreneur." Pour le CEO de Roularta Xavier Bouckaert qui était présent, cette première édition de la Trends Winter University constitue une magnifique réussite. Il envisage d'ores et déjà ce rendez-vous dans la durée. "Un événement orienté sur ces entrepreneurs colle parfaitement à la mission de Trends et Trends-Tendances, précise-t-il. C'est un segment à part dans notre public cible à qui nous nous adressons de la bonne manière grâce à un événement dans une destination magique et rehaussé d'une qualité de networking et de tables rondes d'exception." Ainsi, Roularta, au travers de la marque Trends, est en mesure de réunir les patrons des grandes entreprises à Knokke avec la Trends Summer University ou des fondateurs de start-up et scale-up du numérique dans la neige en Laponie, ou ailleurs à l'avenir. Et la neige, tout le monde en a bien profité: après chaque matinée de keynotes et de tables rondes, les participants pouvaient s'adonner à des activités ludiques sur la neige de Kittilä: ski, motoneige, chien de traîneau ou fatbike. Un moment fun mais qui n'avait pas été prévu au hasard: l'idée était de permettre des interactions nouvelles durant des moments privilégiés entre les entrepreneurs présents. Une réussite: "passer du temps qualitatif lors d'activités sportives avec de top entrepreneurs vaut de l'or, nous glisse ce responsable de start-up francophone qui a pu passer son après-midi avec les fondateurs de licornes belges. Ils affichaient un mindset de partage et se sont montrés tout à fait ouverts à la discussion". Durant le séjour, des numéros ont donc évidemment été échangés. "Le contact est super bien passé avec de nombreux participants, précise Dominique Mangiatordi, fondateur du studio Øpp et spécialiste de la gamification. Sur le plan boulot, j'ai prévu d'en revoir plusieurs pour explorer des collaborations, je vais en mettre certains en contact avec des prospects intéressants pour eux et, sur un plan plus personnel, je pense que j'en reverrai quelques-uns." La plupart des participants se retrouveront d'ailleurs lors d'un follow-up meeting prévu en juin chez PwC, en présence d'Uri Levine qui, cette fois, n'aura plus le pied dans le plâtre et s'est engagé à faire le déplacement pour une présentation d'exception...