Facebook ne serait peut-être pas coupable de l'élection de Trump ; Amazon n'aurait peut-être pas assassiné les libraires ; Instagram ne ferait peut-être pas disparaître nos capacités contemplatives ; le smartphone ne kidnapperait peut-être pas notre concentration...
...

Facebook ne serait peut-être pas coupable de l'élection de Trump ; Amazon n'aurait peut-être pas assassiné les libraires ; Instagram ne ferait peut-être pas disparaître nos capacités contemplatives ; le smartphone ne kidnapperait peut-être pas notre concentration... Et puis, nous en avons trouvé une. Une erreur judiciaire que nous avions sous les yeux : l'assassinat du jeu d'échecs. Bref rappel du dossier : les jours des échecs auraient été mis en danger une première fois en 1997 par Deep Blue, le super-ordinateur développé par IBM, qui écrasa le champion du monde en titre Garry Kasparov. Mais le meurtre définitif a eu lieu fin 2017, quand AlphaZero a battu le meilleur ordinateur d'échecs en ayant simplement appris à jouer quatre heures auparavant. L'intelligence artificielle face aux échecs aurait définitivement " tué le game " : un jeu perdu pour les humains. Or, si le crime est clairement revendiqué, on cherche toujours le cadavre. Car, aux dernières nouvelles, les échecs se portent bien. Très bien, même. Partout, des fédérations continuent de recruter de jeunes joueurs. Les deux superstars du moment au sommet de la discipline, le Norvégien Magnus Carlsen - alias le " Mozart des échecs " - et Fabiano Caruana, un Italo-Américain, ont respectivement 28 et 26 ans. Les deux " wonderkids " se sont d'ailleurs affrontés en novembre dernier au Championnat du Monde à Londres devant des centaines de fans qui avaient tous religieusement éteint leur smartphone scellé dans une pochette en plastique. Se rendant au bar à cocktails, ceux-ci ont pu s'offrir des tee-shirts et des goodies comme dans les allées du CES à Las Vegas. Et en poussant la lourde porte de l'espace VIP, ils auraient pu croiser la fine fleur de la Silicon Valley : Jimmy Wales, fondateur de Wikipedia, Peter Thiel, cofondateur de PayPal, ou Demis Hassabis, amateur, excellent joueur d'échecs et... cofondateur de DeepMind, l'entreprise qui a conçu AlphaZero (comme quoi, l'assassin retourne toujours sur les lieux du crime). En fait, si l'IA a tué quelque chose, c'est la vieille image poussiéreuse attachée aux échecs. En aidant la discipline à se globaliser et à devenir cool. Car, ironie de la situation, c'est grâce à l'IA que de nouvelles générations et de nouveaux territoires s'ouvrent aux échecs. Notamment en Chine ou en Inde où les jeunes peuvent aujourd'hui jouer en ligne avec le monde entier. Ils y sont même poussés par leurs parents qui voient dans les échecs une forme d'ascenseur social international, comme un éventuel passeport pour les meilleures universités étrangères. De plus, si les ordinateurs anciennes générations contraignaient les humains à adopter un jeu défensif décourageant toute invention, les machines d'aujourd'hui boostées à l'IA, comme AlphaZero, avec des approches parfois baroques, les inciteraient au contraire à renouer avec la brillance des grands maîtres du passé. Cette mutation que subissent les échecs actuellement, c'est finalement Le Joueur d'échecs, la dernière nouvelle écrite par Stefan Zweig en 1942, qui nous la raconte le mieux. Elle met en scène l'affrontement de deux joueurs d'échecs le temps d'un trajet en paquebot reliant New York à Buenos Aires. A un moment, l'un d'eux, devenu joueur malgré lui, confie au narrateur comment en rejouant d'abord mécaniquement les parties des maîtres - dans une forme de deep learning avant l'heure - il a senti s'éveiller en lui une compréhension réjouissante de leur art. Comment il a appris à en saisir les finesses, à lire les ruses et le mordant dans l'attaque et la défense, et plus tard encore, à reconnaître la note personnelle de chaque maître. Derrière la technique aux lignes raides, il a vu se dessiner peu à peu les volutes du génie humain. Grâce à l'IA, on sait plus que jamais pourquoi les hommes jouent encore aux échecs. En détruisant la part mécanique de la discipline, l'IA en a restauré la vraie nature : celle de jeu. C'est-à dire, jusqu'à preuve du contraire, d'une activité purement humaine.