"Encore et encore, Facebook choisit l'expansion dans de nouveaux domaines plutôt que de s'en tenir à ce qu'il a déjà fait. Je trouve cela inadmissible... Il faut consacrer plus de ressources aux systèmes de sécurité de base", a-t-elle déclaré en ouverture du Web Summit, grand-messe de l'économie numérique, à Lisbonne.

"Au lieu d'investir pour s'assurer que leurs plateformes sont un minimum sûres, ils sont sur le point d'(engager) 10.000 ingénieurs" en Europe pour le développement du "métavers", a-t-elle ajouté à propos du monde parallèle numérique qui représente, selon le patron de Facebook, l'avenir d'internet. "Je ne peux imaginer comment cela puisse avoir du sens", a-t-elle encore dit.

Après avoir présenté le concept de "métavers", Mark Zuckerberg a annoncé jeudi que la maison mère du géant des réseaux sociaux s'appelait désormais "Meta" -"au-delà" en grec ancien. Les noms des différents services (Instagram, WhatsApp, Messenger...) resteront toutefois inchangés.

Ce changement de nom est interprété comme une manoeuvre de distraction par les critiques du groupe californien, empêtré dans les scandales et controverses, de la désinformation à la confidentialité des données en passant par le respect du droit de la concurrence.

Les "Facebook papers", des milliers de documents internes remis à l'autorité boursière américaine (SEC) par Frances Haugen, montrent comment le groupe californien était conscient du potentiel de nuisance de ses réseaux sociaux -- contenus toxiques sur Instagram pour les adolescents, désinformation qui nuit à la démocratie... - mais a choisi, en partie, de les ignorer, par souci de préserver ses profits.

"Encore et encore, Facebook choisit l'expansion dans de nouveaux domaines plutôt que de s'en tenir à ce qu'il a déjà fait. Je trouve cela inadmissible... Il faut consacrer plus de ressources aux systèmes de sécurité de base", a-t-elle déclaré en ouverture du Web Summit, grand-messe de l'économie numérique, à Lisbonne. "Au lieu d'investir pour s'assurer que leurs plateformes sont un minimum sûres, ils sont sur le point d'(engager) 10.000 ingénieurs" en Europe pour le développement du "métavers", a-t-elle ajouté à propos du monde parallèle numérique qui représente, selon le patron de Facebook, l'avenir d'internet. "Je ne peux imaginer comment cela puisse avoir du sens", a-t-elle encore dit. Après avoir présenté le concept de "métavers", Mark Zuckerberg a annoncé jeudi que la maison mère du géant des réseaux sociaux s'appelait désormais "Meta" -"au-delà" en grec ancien. Les noms des différents services (Instagram, WhatsApp, Messenger...) resteront toutefois inchangés. Ce changement de nom est interprété comme une manoeuvre de distraction par les critiques du groupe californien, empêtré dans les scandales et controverses, de la désinformation à la confidentialité des données en passant par le respect du droit de la concurrence. Les "Facebook papers", des milliers de documents internes remis à l'autorité boursière américaine (SEC) par Frances Haugen, montrent comment le groupe californien était conscient du potentiel de nuisance de ses réseaux sociaux -- contenus toxiques sur Instagram pour les adolescents, désinformation qui nuit à la démocratie... - mais a choisi, en partie, de les ignorer, par souci de préserver ses profits.