L'ordinateur quantique doit apporter une réponse aux limites physiques du développement d'ordinateurs de hautes performances. Un ordinateur quantique ne stocke pas d'informations sous forme de bits, qui ne proposent que deux états (un ou zéro), mais sous forme de qubits, qui peuvent être les deux à la fois. En théorie, il pourrait dès lors être bien plus rapide et puissant qu'un ordinateur traditionnel.

Google travaille depuis 2006 sur cette technologie. En 2019, la société a affirmé avoir atteint ce qu'on appelle la supériorité quantique, car son processeur Sycamore de 53 qubits a effectué un calcul plus vite que le supercalculateur conventionnel le plus rapide. IBM offre à ses clients cloud depuis 2019 un accès à son ordinateur quantique "Q System One" avec 20 qubits. En juin, l'entreprise a aussi présenté son premier ordinateur quantique commercial de 25 qubits en Europe.

L'ordinateur quantique doit apporter une réponse aux limites physiques du développement d'ordinateurs de hautes performances. Un ordinateur quantique ne stocke pas d'informations sous forme de bits, qui ne proposent que deux états (un ou zéro), mais sous forme de qubits, qui peuvent être les deux à la fois. En théorie, il pourrait dès lors être bien plus rapide et puissant qu'un ordinateur traditionnel. Google travaille depuis 2006 sur cette technologie. En 2019, la société a affirmé avoir atteint ce qu'on appelle la supériorité quantique, car son processeur Sycamore de 53 qubits a effectué un calcul plus vite que le supercalculateur conventionnel le plus rapide. IBM offre à ses clients cloud depuis 2019 un accès à son ordinateur quantique "Q System One" avec 20 qubits. En juin, l'entreprise a aussi présenté son premier ordinateur quantique commercial de 25 qubits en Europe.