Nous avons tous vu des publicités ou lu des articles qui montrent qu'en parlant directement avec un assistant vocal d'Apple, d'Amazon ou de Google, les volets ou les stores de notre maison pouvaient s'ouvrir ou se fermer par exemple. Mais le souci, c'est que la pub est une chose et la réalité en est une autre... Autrement dit, il ne suffit pas d'avoir un assistant vocal dans son smartphone, encore faut-il aussi avoir des volets roulants et connectés pour que cela fonctionne comme dans la publicité.

Pire encore : même si vous avez plein d'objets connectés dans votre maison, que ce soit votre frigo, votre four, votre thermostat, votre alarme, vos ampoules ou même bientôt votre boite aux lettres, encore faut-il aussi que tous ces objets connectés soient compatibles avec les différents assistants vocaux disponibles sur le marché. Or, justement, ce n'est pas le cas ! L'objet qui marche avec Google ne marche pas avec Apple et ce qui marche avec Amazon ne marche pas avec un autre standard.

Vous allez me dire que les fabricants d'objets connectés n'ont qu'à mettre en place une compatibilité avec les différents systèmes du marché mais justement, c'est impossible... D'abord, parce qu'il y en a tellement, alors lequel choisir ? Ensuite, s'il est possible d'en intégrer plusieurs, les coûts de développement vont exploser et la facture finale sera pour le consommateur... Sans oublier que qui dit différents systèmes, dit aussi différentes mises à jour des logiciels. Bref, c'est l'horreur pour les fabricants d'objets connectés !

Pourtant, le marché de la maison connectée est un marché porteur qui se chiffre en milliards d'euros, et donc pas question de laisser passer ce marché juteux sous prétexte d'incompatibilité. Voilà pourquoi cette semaine Google, Apple et Amazon ont décidé de s'associer pour créer un standard domotique commun. Autrement dit, fini les produits qui fonctionnent chez l'un mais pas chez l'autre ; pour la fin 2020, le propriétaire d'une maison connectée pourra utiliser Siri, Google assistant ou Alexa sans se poser la question de savoir s'ils sont ou non compatibles avec les objets connectés de sa maison. C'est un grand pas que viennent de franchir les géants d'Internet, ils ont compris, comme l'écrivent mes confrères des Echos, que la maison connectée est une mine d'or et qu'il valait mieux creuser ensemble.

Nous avons tous vu des publicités ou lu des articles qui montrent qu'en parlant directement avec un assistant vocal d'Apple, d'Amazon ou de Google, les volets ou les stores de notre maison pouvaient s'ouvrir ou se fermer par exemple. Mais le souci, c'est que la pub est une chose et la réalité en est une autre... Autrement dit, il ne suffit pas d'avoir un assistant vocal dans son smartphone, encore faut-il aussi avoir des volets roulants et connectés pour que cela fonctionne comme dans la publicité.Pire encore : même si vous avez plein d'objets connectés dans votre maison, que ce soit votre frigo, votre four, votre thermostat, votre alarme, vos ampoules ou même bientôt votre boite aux lettres, encore faut-il aussi que tous ces objets connectés soient compatibles avec les différents assistants vocaux disponibles sur le marché. Or, justement, ce n'est pas le cas ! L'objet qui marche avec Google ne marche pas avec Apple et ce qui marche avec Amazon ne marche pas avec un autre standard. Vous allez me dire que les fabricants d'objets connectés n'ont qu'à mettre en place une compatibilité avec les différents systèmes du marché mais justement, c'est impossible... D'abord, parce qu'il y en a tellement, alors lequel choisir ? Ensuite, s'il est possible d'en intégrer plusieurs, les coûts de développement vont exploser et la facture finale sera pour le consommateur... Sans oublier que qui dit différents systèmes, dit aussi différentes mises à jour des logiciels. Bref, c'est l'horreur pour les fabricants d'objets connectés !Pourtant, le marché de la maison connectée est un marché porteur qui se chiffre en milliards d'euros, et donc pas question de laisser passer ce marché juteux sous prétexte d'incompatibilité. Voilà pourquoi cette semaine Google, Apple et Amazon ont décidé de s'associer pour créer un standard domotique commun. Autrement dit, fini les produits qui fonctionnent chez l'un mais pas chez l'autre ; pour la fin 2020, le propriétaire d'une maison connectée pourra utiliser Siri, Google assistant ou Alexa sans se poser la question de savoir s'ils sont ou non compatibles avec les objets connectés de sa maison. C'est un grand pas que viennent de franchir les géants d'Internet, ils ont compris, comme l'écrivent mes confrères des Echos, que la maison connectée est une mine d'or et qu'il valait mieux creuser ensemble.