On ignore pour l'instant le contenu du projet d'accord, les syndicats souhaitant en réserver la primeur à leur base, a expliqué Alain Spaens, du syndicat libéral. On parle d'un "paquet cohérent" de mesures qui seront présentées "en toute neutralité" aux travailleurs.

Aucun licenciement ne devrait toucher les ouvriers de Delhaize mais ils devront tout de même participer aux efforts d'économie. Les prépensions forcées, elles, ne sont pas à l'ordre du jour. "La direction entend même investir à Ninove mais exige pour ce faire que nous soyons plus concurrentiels", a poursuivi Alain Spaens.

Quant aux employés de Delhaize, leur sort sera au centre des discussions d'une réunion de conciliation ce vendredi. A ce propos, les syndicats ont posé un ultimatum à la direction: faute d'avancées, des actions pourraient à nouveau éclater.

En juin dernier, le groupe a annoncé son intention de supprimer 2.500 emplois et de fermer 14 magasins en gestion propre.

On ignore pour l'instant le contenu du projet d'accord, les syndicats souhaitant en réserver la primeur à leur base, a expliqué Alain Spaens, du syndicat libéral. On parle d'un "paquet cohérent" de mesures qui seront présentées "en toute neutralité" aux travailleurs. Aucun licenciement ne devrait toucher les ouvriers de Delhaize mais ils devront tout de même participer aux efforts d'économie. Les prépensions forcées, elles, ne sont pas à l'ordre du jour. "La direction entend même investir à Ninove mais exige pour ce faire que nous soyons plus concurrentiels", a poursuivi Alain Spaens. Quant aux employés de Delhaize, leur sort sera au centre des discussions d'une réunion de conciliation ce vendredi. A ce propos, les syndicats ont posé un ultimatum à la direction: faute d'avancées, des actions pourraient à nouveau éclater. En juin dernier, le groupe a annoncé son intention de supprimer 2.500 emplois et de fermer 14 magasins en gestion propre.