Voici une entreprise familiale qui schtroumpfe la forme, à l'instar des petits lutins bleus avec qui elle s'est associée pour célébrer son 65e anniversaire et communiquer de manière ludique autour de cet événement. "C'est l'âge de la maturité", sourit Giles Daoust, administrateur délégué.

C'est en 1954 que son grand-père, Albert, fonde à Bruxelles l'entreprise à une époque où le secteur de l'intérim était encore dans les limbes et ne disposait pas de cadre légal.

En 1976, son fils, Jean-Claude, intègre la société familiale. Il en prendra les rênes en 1985 et la dirigera durant trois décennies avant de la transmettre à son fils Giles au début de 2015. Un passage de témoin qui s'est fait en toute simplicité. "Mon père s'est vraiment retiré, même s'il garde toujours un oeil sur la société, confie Giles. D'ailleurs, nous nous voyons tous les lundis pour discuter de l'entreprise. Son avis et son expérience me sont particulièrement utiles et précieux. Nous entretenons une relation très ouverte."

Transition réussie

Giles Daoust © Daoust

Ingénieur commercial de formation, issu de la Solvay Business School, Giles Daoust (39 ans) a rejoint l'entreprise familiale en 2009. Auparavant, il avait créé une société de production cinématographique, Title Media, avec le réalisateur Alain Berliner. Cette dernière existe toujours et est active essentiellement aux Etats-Unis. "Nous produisons des films indépendants américains, précise Giles Daoust. Je suis dorénavant occupé à plein temps chez Daoust mais je reste aussi aux manettes de cette société."

Dans un autre registre, pointons que Giles Daoust est également partie prenante de la future chaîne d'info en continu LN24, dans laquelle il a investi à titre privé aux côtés de Belfius Insurance, Besix et Ice-Patrimonial. Il rédige également des chroniques régulières dans L'Echo. Mais ses multiples facettes ne le détournent pas de son activité principale : CEO de Daoust.

Une fonction à laquelle il a donc succédé à son père lors d'une transition réussie. Ce qui mérite d'être noté car on constate encore souvent trop de successions qui se déroulent mal et dont certaines peuvent avoir des conséquences sévères pour l'entreprise. Ce n'est pas le cas ici, que du contraire. Aujourd'hui, Jean-Claude Daoust (70 ans) reste actif et est notamment présent dans plusieurs conseils d'administration. Son parcours parsemé de diverses fonctions telles que président de Federgon, de la World Employment Confederation, de la FEB ou encore de Beci, lui confèrent une expérience et une expertise reconnues, notamment en matière de relations publiques et de concertation sociale. S'il a lâché l'opérationnel en 2015, laissant les mains libres à son fils, il conserve toujours un oeil sur l'évolution de l'entreprise. Et cette dernière affiche une santé resplendissante marquée par une solide croissance organique à deux chiffres.

Forte progression

"En 2017, nous avons passé la barre des 200 millions d'euros de chiffre d'affaires, souligne Giles Daoust. L'an dernier, il s'élevait à 230 millions et nous prévoyons de réaliser 250 millions pour cette année. Soit plus du double de celui affiché en 2013 (117 millions). Cette croissance est organique, nous n'avons procédé à aucune acquisition. Nous avons franchi le cap des 50 agences et une dizaine d'ouvertures sont programmées cette année. D'une part, nous ouvrons dans de nouvelles villes comme Ciney et Deinze, et d'autre part, nous agrandissons certaines agences existantes comme, récemment, celle de Wavre. Nous sommes actifs dans un métier de services et la proximité est essentielle. Nous sommes présents dans l'ensemble du pays et nous nous développons dans les trois Régions, avec un accent plus soutenu au nord où nous sommes un peu moins connus."

Actuellement, Daoust emploie 400 collaborateurs et donne sur base annuelle du travail à 44.000 personnes différentes, soit 8.000 ETP (équivalents temps plein). La palette de services qu'elle propose dépasse le métier d'origine qu'est l'intérim et comprend entre autres le recrutement de personnel fixe, les titres- services ou encore l'outplacement et le jobcoaching en collaboration avec Actiris, le VDAB et le Forem.

Daoust promeut un véritable esprit entrepreneurial au sein de la société qui contribue au dynamisme de cette dernière dans un secteur en perpétuelle évolution. "Nous identifions les niches, les villes ainsi que les personnes à potentiel et nous favorisons leur progression, ajoute-t-il. Nous avons d'ailleurs des équipes relativement jeunes qui participent au dynamisme de l'entreprise. Tout en ayant considérablement grandi, nous veillons à conserver notre agilité et notre capacité à nous réinventer. Je pense que cet état d'esprit qui prévaut explique que nous ayons un beau taux de rétention."

"Welcome to the Family"

Malgré sa belle croissance qui lui vaut de figurer dans le top 10 des sociétés d'intérim sur le marché belge, Daoust a conservé son ADN familial. "Nous sommes très attentifs à préserver et maintenir notre qualité et nos valeurs humaines, sociétales, environnementales et de diversité, explique Giles Daoust. Dans ce cadre, nous avons mis en place un véritable écosystème de qualité ainsi que deux plans Welcome to the Family et We Love Solutions qui sont garants de notre identité." Société dans un secteur qui fait la part belle aux grands groupes multinationaux, Daoust se distingue sur le marché par une vraie culture familiale qui percole dans l'ensemble de l'entreprise : du recrutement de ses collaborateurs à la RSE (responsabilité sociétale des entreprises) en passant par le management participatif, le développement des talents, la qualité de l'accueil des candidats et des clients, ou encore la proximité et l'accessibilité. "Il n'y pas que la rentabilité, même si elle est importante, car elle permet de financer la croissance et surtout d'assurer la pérennité de l'entreprise", conclut Giles Daoust.

DAOUST EN 10 DATES

  • 1954 Création de la société d'intérim par Albert Daoust
  • 1976 Jean-Claude Daoust intègre l'entreprise
  • 1985 Il reprend les rênes de la société
  • 2003 Daoust se lance dans les titres-services
  • 2009 Giles Daoust rejoint la société
  • 2012 Elle passe le cap des 100 millions d'euros de chiffre d'affaires
  • 2015 Giles succède à son père
  • 2016 Daoust est élue Entreprise de l'année
  • 2017 Elle franchit la barre des 200 millions d'euros de chiffre d'affaires
  • 2019 Elle "schtroumpfe" son 65e anniversaire