L'intelligence artificielle (IA), et plus particulièrement la capacité des algorithmes à "apprendre" et s'adapter, "va être clef pour débloquer de nombreuses avancées technologiques" nécessaires pour concevoir les appareils et logiciels du métavers, a indiqué Mark Zuckerberg, le patron de Meta, lors d'une conférence publique en ligne.

Le fondateur de Facebook a évoqué différents enjeux, des assistants virtuels qui vont "aider les gens à s'orienter dans les mondes virtuels et physiques" aux technologies de traduction automatisée qui permettront de comprendre d'autres personnes rencontrées dans le métavers.

Il a par exemple montré les progrès de l'IA en matière de génération d'éléments virtuels à partir du langage: représenté sous forme d'avatar sur une île déserte, il a fait "apparaître" des nuages, une autre île et des cocotiers rien qu'en les demandant à voix haute.

Le métavers existe déjà de façon minimaliste sous forme de jeux vidéo (Minecraft, Fortnite, Roblox) et de plateformes sociales (Meta Horizon Worlds, VRChat), où des personnes se retrouvent non seulement pour jouer, mais aussi pour interagir et participer à des événements.

Facebook, dont la réputation a été ternie par de nombreux scandales, a rebaptisé sa maison mère Meta en octobre dernier. Mais le géant des réseaux sociaux a beau posséder Oculus - le leader des casques de réalité virtuelle (VR) - il n'est pas seul sur ce terrain perçu comme le futur d'internet.

Son voisin Google a été l'un des premiers à fabriquer des lunettes de réalité augmentée (un échec à l'époque) et recrute des ingénieurs pour "construire les fondations de la grande informatique immersive" d'après des annonces sur LinkedIn. Son autre voisin, Apple, a racheté plusieurs start-up spécialisées dans ce secteur et la rumeur enfle au sujet d'un casque de VR de la marque à la pomme.

Microsoft, de son côté, possède déjà la Xbox et Minecraft, et a entrepris de racheter les studios Activision Blizzard, notamment en vue du métavers.

Meta dégringole en Bourse depuis la publication de ses derniers résultats trimestriels, qui ont souffert de la stagnation du nombre d'utilisateurs et de changements de règles sur le ciblage publicitaire des consommateurs.

L'action est passée mercredi sous les 200 dollars pour la première fois depuis presque deux ans.

L'intelligence artificielle (IA), et plus particulièrement la capacité des algorithmes à "apprendre" et s'adapter, "va être clef pour débloquer de nombreuses avancées technologiques" nécessaires pour concevoir les appareils et logiciels du métavers, a indiqué Mark Zuckerberg, le patron de Meta, lors d'une conférence publique en ligne.Le fondateur de Facebook a évoqué différents enjeux, des assistants virtuels qui vont "aider les gens à s'orienter dans les mondes virtuels et physiques" aux technologies de traduction automatisée qui permettront de comprendre d'autres personnes rencontrées dans le métavers.Il a par exemple montré les progrès de l'IA en matière de génération d'éléments virtuels à partir du langage: représenté sous forme d'avatar sur une île déserte, il a fait "apparaître" des nuages, une autre île et des cocotiers rien qu'en les demandant à voix haute.Le métavers existe déjà de façon minimaliste sous forme de jeux vidéo (Minecraft, Fortnite, Roblox) et de plateformes sociales (Meta Horizon Worlds, VRChat), où des personnes se retrouvent non seulement pour jouer, mais aussi pour interagir et participer à des événements.Facebook, dont la réputation a été ternie par de nombreux scandales, a rebaptisé sa maison mère Meta en octobre dernier. Mais le géant des réseaux sociaux a beau posséder Oculus - le leader des casques de réalité virtuelle (VR) - il n'est pas seul sur ce terrain perçu comme le futur d'internet.Son voisin Google a été l'un des premiers à fabriquer des lunettes de réalité augmentée (un échec à l'époque) et recrute des ingénieurs pour "construire les fondations de la grande informatique immersive" d'après des annonces sur LinkedIn. Son autre voisin, Apple, a racheté plusieurs start-up spécialisées dans ce secteur et la rumeur enfle au sujet d'un casque de VR de la marque à la pomme.Microsoft, de son côté, possède déjà la Xbox et Minecraft, et a entrepris de racheter les studios Activision Blizzard, notamment en vue du métavers. Meta dégringole en Bourse depuis la publication de ses derniers résultats trimestriels, qui ont souffert de la stagnation du nombre d'utilisateurs et de changements de règles sur le ciblage publicitaire des consommateurs.L'action est passée mercredi sous les 200 dollars pour la première fois depuis presque deux ans.