Jacques Crahay

Parmi les lectures de ce mentor figure Reinventing Organizations, de Frédéric Laloux. " C'est devenu un classique, mais cet ouvrage m'a réellement marqué. J'aime aussi la citation d'Albert Enstein selon laquelle on ne peut pas résoudre un problème avec le même mode de pensée que celui qui a généré le problème. On vit une période charnière qui est à la fois inquiétante et excitante. L'heure du changement a en effet sonné. Jeroen fait partie de cette génération qui a compris que de nouvelles façons de penser doivent se mettre en place. Parlez-lui, notamment, de son alimentation, vous verrez qu'il appartient à ceux qui ont décidé de changer leurs habitudes de consommation. Les industries sont aujourd'hui confrontées à un nouveau monde. Et les banques, puisque c'est le secteur dans lequel travaille Jeroen, sont également un acteur majeur de cette mutation. "
...

Parmi les lectures de ce mentor figure Reinventing Organizations, de Frédéric Laloux. " C'est devenu un classique, mais cet ouvrage m'a réellement marqué. J'aime aussi la citation d'Albert Enstein selon laquelle on ne peut pas résoudre un problème avec le même mode de pensée que celui qui a généré le problème. On vit une période charnière qui est à la fois inquiétante et excitante. L'heure du changement a en effet sonné. Jeroen fait partie de cette génération qui a compris que de nouvelles façons de penser doivent se mettre en place. Parlez-lui, notamment, de son alimentation, vous verrez qu'il appartient à ceux qui ont décidé de changer leurs habitudes de consommation. Les industries sont aujourd'hui confrontées à un nouveau monde. Et les banques, puisque c'est le secteur dans lequel travaille Jeroen, sont également un acteur majeur de cette mutation. " Voilà donc le cadre général de ce qui a animé jusqu'ici les discussions entre le jeune leader et son mentor. " La force de ce programme Young Leaders, Inspiring Mentors, est de laisser un cadre ouvert aux thématiques que l'on aborde. Au final, je ne pourrais pas vous dire avec précision tout ce qui a été dit entre nous mais l'essentiel est d'intégrer les conseils qu'on se donne réciproquement sans s'en rendre compte. C'est un peu ce qui s'est passé tout au long de ma carrière. Je ne me souviens pas d'une personnalité en particulier qui aurait été marquante pour moi, mais à force d'observer les personnes influentes autour de vous, vous finissez par assimiler et intégrer de nouveaux modes de pensée." Exercice pratique proposé à son jeune leader en début de programme : participer à un comité de direction. " C'est là qu'il est possible de prendre le pouls de l'entreprise. Jeroen a pu observer les arbitrages à faire et la façon dont les conflits peuvent se manifester. C'est très instructif, je trouve ." Et puis, il y a cet attachement à la Wallonie. " Au final, nous avons assez peu discuté de cette cohabitation entre la culture industrielle wallonne et flamande. Côté tourisme, pour Jeroen, comme pour beaucoup de Flamands, la Wallonie est un territoire familier. Côté industriel, le plus intéressant, à mon sens, est d'aller voir ce qui se passe dans des villes comme Charleroi ou Liège. Observer la reconversion à l'oeuvre. " La résilience. Et tirer profit de ses erreurs aussi. " C'est un des prochains sujets de discussion que nous aurons ensemble avec Jeroen. Comment faire face aux épreuves plus difficiles mais qui font partie de notre cheminement ? " " Je ne connaissais pas Frédéric Laloux avant que Jacques ne me conseille de le lire. J'ai beaucoup aimé. Dans ma fonction actuelle, je suis amené à diriger des personnes malgré ma jeune expérience. Mon principal défi est d'avoir un impact positif sur eux et de les faire devenir tous individuellement autonomes. Et ce n'est possible que dans une approche qui consiste à passer du contrôle à la confiance. La liberté et la confiance sont pour moi deux valeurs essentielles quand on parle de management. Ensuite, il y a cette nécessité d'accepter les erreurs. Ce sont des points essentiels sur lesquels j'avais déjà une vision avant de rencontrer mon mentor mais, au cours de nos différentes rencontres, ces convictions se sont renforcées. Ce qui m'a le plus frappé lors de ma première rencontre avec Jacques, c'est l'enthousiasme qu'il a. J'ai tout de suite senti qu'il allait m'inspirer. Sa façon de parler de ses projets en Wallonie ! Il dégage une énergie particulière. " Celle d'un manager en exercice... comme lors du comité de direction auquel Jeroen a été convié. " C'était très particulier. Je me suis rendu compte qu'il y a évidemment des difficultés au sein de chaque entreprise. J'ai pu voir mon mentor à l'oeuvre. Comprendre en direct comment il prenait de la hauteur pour indiquer la voie à suivre. Rester calme en toute circonstante. " Cosucra, l'entreprise familiale au sein de laquelle Jacques Crahay a profondément oeuvré pour réussir la mutation, est aujourd'hui active dans cette façon de repenser l'alimentation. " C'est un sujet essentiel pour moi. Nous avons à la maison des habitudes alimentaires nouvelles. Avec des produits issus des producteurs locaux. Nous n'avons pas d'autres choix aujourd'hui que d'intégrer au quotidien ce défi écologique. C'est important pour moi de participer à cette transition. " Comment redorer l'image du secteur bancaire et financier après la crise d'il y a une dizaine d'années ? Un thème également abordé avec son mentor, non pas tellement en évoquant la question du risque mais surtout en parlant de la façon dont les banques peuvent jouer un rôle dans la transition sociétale. " Les investissements consacrés à des projets dont la durabilité est le critère majeur sont de plus en plus importants. Jacques se définit comme un pessimiste positif. Nous discutons de la marge encore importante pour le secteur bancaire dans cette dynamique de changement. " Le mentor a transmis à son jeune leader une sorte d'impatience à ce que cette transition s'opère réellement. Parce qu'il y a urgence ! Par Fabrice Lambert.