En avril dernier, la firme Yokuu était sélectionnée avec 11 autres start-up, parmi 1.200 candidatures, pour participer à la première édition du "Launchpad Sustainability Accelerator" d'Amazon, programme visant à soutenir les jeunes pousses impliquées dans la durabilité. Une distinction méritée pour cette société anversoise qui entend restaurer l'équilibre naturel de nos intérieurs avec... des microbes, bouleversant complètement notre approche du nettoyage!
...

En avril dernier, la firme Yokuu était sélectionnée avec 11 autres start-up, parmi 1.200 candidatures, pour participer à la première édition du "Launchpad Sustainability Accelerator" d'Amazon, programme visant à soutenir les jeunes pousses impliquées dans la durabilité. Une distinction méritée pour cette société anversoise qui entend restaurer l'équilibre naturel de nos intérieurs avec... des microbes, bouleversant complètement notre approche du nettoyage! Derrière ce projet révolutionnaire: Joris Jansen, un ingénieur biochimiste diplômé de la KU Leuven et détenteur d'un master en Safety Sciences de l'université d'Anvers, fasciné depuis toujours par "ce petit monde vivant invisible à l'oeil nu". Durant ses études, le scientifique a découvert que les personnes, notamment les enfants, qui évoluent en plein air, en contact fréquent avec des animaux, possédaient un meilleur système immunitaire que celles vivant en ville. L'explication? Les bactéries saines! "Nous sommes tellement matraqués par des publicités qui nous disent de nous débarrasser des bactéries que nous avons oublié qu'elles sont une source de réponses à de nombreux problèmes, explique Joris Jansen. En effet, 99% des bactéries sont saines ; seule une minorité sont potentiellement dangereuses. Vivre 'trop propre', ce n'est pas bon!" L'idée lui vient donc, dès 2018, de créer un produit pour aider à gérer durablement la présence de bactéries saines dans notre intérieur, "pour créer un cadre de vie plus sain". Au terme d'un long processus de développement, il met au point un premier produit, un nettoyant universel - "qui reste notre best-seller" - qu'il teste auprès d'une trentaine de personnes avant de le commercialiser en septembre 2020. "J'en ai fixé le prix en demandant aux testeurs ce qu'ils étaient prêts à payer pour un tel produit", qui est en outre rechargeable. Cinq autres produits ont été créés depuis.Pour développer son projet, Joris Jansen a d'abord investi ses fonds propres. "J'ai été bien aidé financièrement par ma compagne (et associée). On a aussi eu la chance de recevoir le soutien de la Ville d'Anvers". En 2020, celle-ci a investi un million d'euros dans sept sociétés d'économie circulaire et créative, dont Yokuu. "J'ai encore dû trouver des fonds supplémentaires, dont un prêt de 180.000 euros auprès de la plateforme de crowdlending WinWinner. Car en plus du développement du produit, il a fallu plancher sur la construction de la marque, les emballages, le marketing, etc." Si Yokuu n'est pas rentable aujourd'hui - "la prise de conscience importe pour moi plus que les bénéfices" - Joris Jansen est toutefois heureux de son démarrage. "Sur l'e-shop, nous comptabilisons environ 12 commandes par jour à raison de 50 euros en moyenne, explique l'entrepreneur. Tout est réinvesti mais on espère s'octroyer un petit salaire dès 2023."Les produits Yokuu sont disponibles dans quelque 230 points de vente, dont les supermarchés Bio-Planet, et sur www.fr.yokuu.be. "Se développer sur le marché belge - petit mais où l'on parle deux langues - n'est pas évident. On va s'adjoindre cette année de nouveaux collaborateurs pour la vente et le marketing, notamment pour explorer la Wallonie et peut-être ensuite les Pays-Bas et la France."