Dans le détail, AT&T recevra environ 43 milliards de dollars en espèces et en titres de créances, et ses actionnaires 71% de l'entité nouvellement créée. Ceux de Discovery possèderont 29% du nouveau groupe, selon un communiqué commun paru lundi.

Cette opération, dont l'issue est attendue mi-2022, survient trois ans après le bouclage du rachat de Time Warner - l'ancien nom de WarnerMedia - par AT&T, premier câblo-opérateur américain et deuxième opérateur mobile, pour 85 milliards de dollars.

AT&T avait alors notamment mis la main sur les énormes productions Harry Potter et Batman.

Le mariage annoncé lundi arrive au moment où le paysage audiovisuel américain, et même mondial, est de plus en plus dominé par les grands noms du streaming que sont Netflix, Disney+, Amazon Prime Video ou Apple TV.

Face à ce nouveau modèle économique, sans publicité mais avec abonnement, plusieurs groupes ont déjà ressenti le besoin de muscler leur offre pour garder leur stature dans la jungle impitoyable du divertissement américain.

AT&T a d'ailleurs lancé sa propre plateforme de streaming HBO MAX en 2020, et Discovery la sienne, baptisée Discovery Plus, en début d'année.

"La nouvelle entreprise sera en mesure d'investir dans davantage de contenus originaux pour ses services de streaming, d'améliorer les options de programmation sur ses chaînes de télévision payante (...) et de proposer des choix plus innovants aux spectateurs et des expériences vidéos", soulignent les deux groupes.

Fin 2020, HBO MAX comptait 61 millions d'abonnés, tandis que Netflix en comptait 204 millions et que les plateformes de Disney (Disney+, ESPN+, Hulu) en recensaient 146 millions.

Le chiffre d'affaires anticipé de la nouvelle entreprise est d'environ 52 milliards de dollars à l'horizon 2023. Des synergies sur les coûts à hauteur de 3 milliards de dollars par an sont également attendues.

En Bourse, le titre des deux entreprises montait nettement dans les transactions précédant l'ouverture de la Bourse, AT&T prenant 4,5% et Discovery près de 17%.

Dans le détail, AT&T recevra environ 43 milliards de dollars en espèces et en titres de créances, et ses actionnaires 71% de l'entité nouvellement créée. Ceux de Discovery possèderont 29% du nouveau groupe, selon un communiqué commun paru lundi. Cette opération, dont l'issue est attendue mi-2022, survient trois ans après le bouclage du rachat de Time Warner - l'ancien nom de WarnerMedia - par AT&T, premier câblo-opérateur américain et deuxième opérateur mobile, pour 85 milliards de dollars. AT&T avait alors notamment mis la main sur les énormes productions Harry Potter et Batman. Le mariage annoncé lundi arrive au moment où le paysage audiovisuel américain, et même mondial, est de plus en plus dominé par les grands noms du streaming que sont Netflix, Disney+, Amazon Prime Video ou Apple TV. Face à ce nouveau modèle économique, sans publicité mais avec abonnement, plusieurs groupes ont déjà ressenti le besoin de muscler leur offre pour garder leur stature dans la jungle impitoyable du divertissement américain. AT&T a d'ailleurs lancé sa propre plateforme de streaming HBO MAX en 2020, et Discovery la sienne, baptisée Discovery Plus, en début d'année. "La nouvelle entreprise sera en mesure d'investir dans davantage de contenus originaux pour ses services de streaming, d'améliorer les options de programmation sur ses chaînes de télévision payante (...) et de proposer des choix plus innovants aux spectateurs et des expériences vidéos", soulignent les deux groupes. Fin 2020, HBO MAX comptait 61 millions d'abonnés, tandis que Netflix en comptait 204 millions et que les plateformes de Disney (Disney+, ESPN+, Hulu) en recensaient 146 millions. Le chiffre d'affaires anticipé de la nouvelle entreprise est d'environ 52 milliards de dollars à l'horizon 2023. Des synergies sur les coûts à hauteur de 3 milliards de dollars par an sont également attendues. En Bourse, le titre des deux entreprises montait nettement dans les transactions précédant l'ouverture de la Bourse, AT&T prenant 4,5% et Discovery près de 17%.