Cette recapitalisation "s'ajoute aux mesures d'économie de 280 millions par an et à 880 millions de livres de refinancement et rééchelonnement de nouveaux appareils sur les cinq prochaines années", précise la compagnie fondée et codétenue par le milliardaire Richard Branson, dans un communiqué publié mardi.

"Virgin Atlantic a passé une étape importante pour assurer son avenir avec une recapitalisation privée, à la suite de l'impact sévère de la pandémie de Covid-19 sur l'économie mondiale et le transport aérien", commente la compagnie, qui avait déjà fait savoir en mai qu'elle supprimerait 3.000 emplois.

Cette restructuration est fondée sur un plan d'activité à cinq ans avec "le soutien de ses actionnaires" de référence Virgin Group et Delta, qui détient 49% du capital, "de nouveaux investisseurs et créditeurs, et ouvre la voie à (...) un retour à la rentabilité à partir de 2022".

Les actionnaires apportent 600 millions de livres dont 200 millions de la part de Virgin Group - attribués par le Financial Times à Richard Branson lui-même, ce que la compagnie se refuse à confirmer.

Le fonds d'investissement Davidson Kempner Capital Management met sur la table 170 millions de livres, tandis que les créanciers accordent 450 millions de livres de reports d'échéances.

Virgin Atlantic, pour qui le milliardaire Richard Branson avait sans succès tenté d'obtenir des aides gouvernementales directes en plus des subventions pour le maintien de l'emploi, avait indiqué début juillet travailler à une recapitalisation.

Le célèbre patron britannique avait récemment décidé de vendre pour 500 millions de dollars d'actions de la compagnie de tourisme spatial Virgin Galactic afin de renflouer ses autres activités frappées par la pandémie, dont Virgin Atlantic.

Spécialisée dans les vols transatlantiques, la compagnie va reprendre progressivement ses vols à partir du 20 juillet vers les Etats-Unis et l'Asie.

Cette recapitalisation "s'ajoute aux mesures d'économie de 280 millions par an et à 880 millions de livres de refinancement et rééchelonnement de nouveaux appareils sur les cinq prochaines années", précise la compagnie fondée et codétenue par le milliardaire Richard Branson, dans un communiqué publié mardi. "Virgin Atlantic a passé une étape importante pour assurer son avenir avec une recapitalisation privée, à la suite de l'impact sévère de la pandémie de Covid-19 sur l'économie mondiale et le transport aérien", commente la compagnie, qui avait déjà fait savoir en mai qu'elle supprimerait 3.000 emplois. Cette restructuration est fondée sur un plan d'activité à cinq ans avec "le soutien de ses actionnaires" de référence Virgin Group et Delta, qui détient 49% du capital, "de nouveaux investisseurs et créditeurs, et ouvre la voie à (...) un retour à la rentabilité à partir de 2022". Les actionnaires apportent 600 millions de livres dont 200 millions de la part de Virgin Group - attribués par le Financial Times à Richard Branson lui-même, ce que la compagnie se refuse à confirmer. Le fonds d'investissement Davidson Kempner Capital Management met sur la table 170 millions de livres, tandis que les créanciers accordent 450 millions de livres de reports d'échéances. Virgin Atlantic, pour qui le milliardaire Richard Branson avait sans succès tenté d'obtenir des aides gouvernementales directes en plus des subventions pour le maintien de l'emploi, avait indiqué début juillet travailler à une recapitalisation. Le célèbre patron britannique avait récemment décidé de vendre pour 500 millions de dollars d'actions de la compagnie de tourisme spatial Virgin Galactic afin de renflouer ses autres activités frappées par la pandémie, dont Virgin Atlantic. Spécialisée dans les vols transatlantiques, la compagnie va reprendre progressivement ses vols à partir du 20 juillet vers les Etats-Unis et l'Asie.