Trois sites ont accepté d'héberger temporairement Galler: "Cavalier" à Eeklo (Flandre) pour produire bâtons, mini-bâtons et rawetes, "Fournipac" à Andenne (Namur) pour les gaufres au praliné, au sucre, et différents massepains ainsi que le chocolatier François Deremiens à Prouvy (Luxembourg) pour les pralines, truffes et orangettes.

Une partie du site de Vaux-sous-Chèvremont a en outre pu être réhabilitée pour accueillir l'emballage des différentes productions. "Et même si les coûts de production seront supérieurs aux coûts habituels, la Chocolaterie Galler n'augmentera pas ses prix", souligne encore le communiqué.

Si les dégâts ont désormais été estimés à 12 millions d'euros, l'entreprise a bénéficié de nombreux dons au niveau national qui lui permettent de reprendre son activité. Galler a obtenu le support des banques à hauteur de quatre millions d'euros. Les actionnaires, quant à eux, injecteront cinq millions d'euros dans le capital de l'entreprise. Cette opération financière augmentera de 40% le poids des actionnaires belges. Le reste sera couvert en partie par les assurances et la Région wallonne.

L'eau est montée jusqu'à deux mètres à certains endroits de l'atelier de Vaux-sous-Chèvremont, où travaille une cinquantaine de travailleurs. Les dégâts y sont considérables et la société a été contrainte de se séparer de son matériel historique, les mêmes machines et moules étant utilisés depuis 1976. L'entreprise belge produit 1.700 tonnes de chocolat par an.

Trois sites ont accepté d'héberger temporairement Galler: "Cavalier" à Eeklo (Flandre) pour produire bâtons, mini-bâtons et rawetes, "Fournipac" à Andenne (Namur) pour les gaufres au praliné, au sucre, et différents massepains ainsi que le chocolatier François Deremiens à Prouvy (Luxembourg) pour les pralines, truffes et orangettes. Une partie du site de Vaux-sous-Chèvremont a en outre pu être réhabilitée pour accueillir l'emballage des différentes productions. "Et même si les coûts de production seront supérieurs aux coûts habituels, la Chocolaterie Galler n'augmentera pas ses prix", souligne encore le communiqué. Si les dégâts ont désormais été estimés à 12 millions d'euros, l'entreprise a bénéficié de nombreux dons au niveau national qui lui permettent de reprendre son activité. Galler a obtenu le support des banques à hauteur de quatre millions d'euros. Les actionnaires, quant à eux, injecteront cinq millions d'euros dans le capital de l'entreprise. Cette opération financière augmentera de 40% le poids des actionnaires belges. Le reste sera couvert en partie par les assurances et la Région wallonne.L'eau est montée jusqu'à deux mètres à certains endroits de l'atelier de Vaux-sous-Chèvremont, où travaille une cinquantaine de travailleurs. Les dégâts y sont considérables et la société a été contrainte de se séparer de son matériel historique, les mêmes machines et moules étant utilisés depuis 1976. L'entreprise belge produit 1.700 tonnes de chocolat par an.