A Paris vers 12H50 (11H50 GMT), Air France-KLM plongeait de 5,42% à 5,44 euros, Airbus de 5% à 84,55 euros, et Aéroports de Paris de 2,20 % à 99,85 euros. A l'échelle européenne, Easyjet dégringolait à Londres de 9,26% à 740,00 pence et IAG, maison mère de British Airways, de 8,38% à 143,25 pence.

Plus de 16 millions de Londoniens et d'habitants du sud-est de l'Angleterre sont depuis dimanche de nouveau confinés.

Plusieurs pays dont la France, la Belgique, les Pays-Bas, l'Italie, l'Allemagne et le Canada ont décidé de suspendre pour plusieurs jours tous les déplacements en provenance du sol britannique, pour se protéger d'une nouvelle variante du coronavirus sur son territoire.

Sa circulation est "hors de contrôle" dans des zones entières du Royaume-Uni, a reconnu le gouvernement britannique.

"Les valeurs liées à l'industrie du voyage ont été anéanties par les nouvelles restrictions de circulation", observe Neil Wilson, analyste en chef de Markets.com.

"Pas d'accord sur le Brexit, une nouvelle souche du coronavirus, des mesures de restrictions plus strictes et la fermeture des principales routes commerciales vers l'UE: Joyeux Noël à tous", ironise par ailleurs l'analyste pour montrer l'étendue des craintes affectant le secteur.

Les valeurs du secteur aérien ont fait partie des principales victimes à travers la planète des confinements et reconfinements qu'ont eu à subir la plupart des pays du monde durant l'année 2020, la plupart des avions ayant été cloués au sol.

Malgré un très fort rebond des marchés en novembre sur fond d'annonces très positives sur l'efficacité de plusieurs vaccins, Air France-KLM affiche un recul de 55% sur l'ensemble de l'année, ADP de 43% et Airbus de 35%.

A Paris vers 12H50 (11H50 GMT), Air France-KLM plongeait de 5,42% à 5,44 euros, Airbus de 5% à 84,55 euros, et Aéroports de Paris de 2,20 % à 99,85 euros. A l'échelle européenne, Easyjet dégringolait à Londres de 9,26% à 740,00 pence et IAG, maison mère de British Airways, de 8,38% à 143,25 pence.Plus de 16 millions de Londoniens et d'habitants du sud-est de l'Angleterre sont depuis dimanche de nouveau confinés. Plusieurs pays dont la France, la Belgique, les Pays-Bas, l'Italie, l'Allemagne et le Canada ont décidé de suspendre pour plusieurs jours tous les déplacements en provenance du sol britannique, pour se protéger d'une nouvelle variante du coronavirus sur son territoire.Sa circulation est "hors de contrôle" dans des zones entières du Royaume-Uni, a reconnu le gouvernement britannique."Les valeurs liées à l'industrie du voyage ont été anéanties par les nouvelles restrictions de circulation", observe Neil Wilson, analyste en chef de Markets.com."Pas d'accord sur le Brexit, une nouvelle souche du coronavirus, des mesures de restrictions plus strictes et la fermeture des principales routes commerciales vers l'UE: Joyeux Noël à tous", ironise par ailleurs l'analyste pour montrer l'étendue des craintes affectant le secteur.Les valeurs du secteur aérien ont fait partie des principales victimes à travers la planète des confinements et reconfinements qu'ont eu à subir la plupart des pays du monde durant l'année 2020, la plupart des avions ayant été cloués au sol.Malgré un très fort rebond des marchés en novembre sur fond d'annonces très positives sur l'efficacité de plusieurs vaccins, Air France-KLM affiche un recul de 55% sur l'ensemble de l'année, ADP de 43% et Airbus de 35%.