Dans un des scénarios envisagés, Engie - maison-mère d'Engie Electrabel en Belgique - prendrait une participation dans Innogy, la filiale cotée de RWE. En contrepartie, l'énergéticien allemand entrerait au capital du groupe français.

"Il y a en effet des discussions en cours mais cela ne veut pas dire que cela aboutira", a déclaré une source gouvernementale française, qui reste tout de même prudente sur l'aboutissement de ce rapprochement.

Le 5 mai dernier, la directrice générale d'Engie, Isabelle Kocher, avait en effet affirmé lors de la présentation des résultats du premier trimestre que son groupe n'envisageait pas d'opérations de fusion-acquisition d'envergure et restait concentré sur son plan de transformation.

Dans un des scénarios envisagés, Engie - maison-mère d'Engie Electrabel en Belgique - prendrait une participation dans Innogy, la filiale cotée de RWE. En contrepartie, l'énergéticien allemand entrerait au capital du groupe français. "Il y a en effet des discussions en cours mais cela ne veut pas dire que cela aboutira", a déclaré une source gouvernementale française, qui reste tout de même prudente sur l'aboutissement de ce rapprochement. Le 5 mai dernier, la directrice générale d'Engie, Isabelle Kocher, avait en effet affirmé lors de la présentation des résultats du premier trimestre que son groupe n'envisageait pas d'opérations de fusion-acquisition d'envergure et restait concentré sur son plan de transformation.