Des biotechs wallonnes rachetées par des sociétés étrangères, voilà qui se produit régulièrement. L'inverse est plus rare. C'est pourtant ce qui est en train de se passer du côté du Biopark de Gosselies. La petite entreprise OncoDNA, spécialisée dans l'interprétation des données en vue d'aider les oncologues à choisir la thérapie la plus adéquate pour traiter les cancers avancés, vient de déposer un projet d'o...

Des biotechs wallonnes rachetées par des sociétés étrangères, voilà qui se produit régulièrement. L'inverse est plus rare. C'est pourtant ce qui est en train de se passer du côté du Biopark de Gosselies. La petite entreprise OncoDNA, spécialisée dans l'interprétation des données en vue d'aider les oncologues à choisir la thérapie la plus adéquate pour traiter les cancers avancés, vient de déposer un projet d'offre publique d'achat (OPA) amicale sur la société cotée française IntegraGen, basée à Evry, en région parisienne. L'offre porte sur l'ensemble des actions d'IntegraGen et se fera au prix de 2,2 euros par action, ce qui valorise la société française à 14,5 millions d'euros. Le tout a déjà été approuvé à l'unanimité par les conseils d'administration des deux entreprises. L'OPA devrait être lancée à la fin du troisième trimestre. Les deux sociétés sont très complémentaires. Elles collaboraient d'ailleurs déjà depuis deux ans. IntegraGen, qui réalise un chiffre d'affaires de 8,3 millions d'euros et emploie 46 collaborateurs - très comparable en taille à OncoDNA -, est ni plus ni moins que le plus grand laboratoire de séquençage d'ADN de France. Elle travaille notamment avec les instituts Pasteur et Curie, et est un prestataire pour l'Etat français. " L'activité d'IntegraGen représente l'avenir en termes d'analyse du génome, explique Jean-Pol Detiffe, CEO d'OncoDNA. Alors que le laboratoire avec lequel nous travaillons pour le moment analyse 300 gènes, IntegraGen travaille déjà sur le génome complet, à savoir 22.000 gènes. " La société française a également mis au point des logiciels permettant de gérer un nombre considérable de données. Ce rachat devrait permettre à OncoDNA de maîtriser l'ensemble de la chaîne de valeur, du séquençage d'ADN au contact avec les oncologues et les patients. " Nous allons créer un champion européen en la matière, se réjouit le CEO. Nos concurrents seront aux Etats-Unis. "