Avec l'interdiction de sortir du pays pour les voyages non essentiels, les Belges se "rabattent" sur l'offre de location de vacances intramuros. Chez Center Parks, qui rouvre ses villages ce samedi 12/02, on remarque que les Belges n'ont jamais autant réservé en si peu de temps à l'avance.

Logique, les domaines du groupe sont fermés depuis plus de trois mois. Lors du dernier Comité de concertation, ils ont reçu l'autorisation de rouvrir le 8/02. "Nous sommes très contents d'accueillir à nouveau les vacanciers, les premiers en 2021. Nous avons préféré décaler l'ouverture d'une semaine pour être vraiment prêts. Nous avons remis notre personnel au travail même si une partie est encore en chômage technique", nous explique Liesbeth Vandamme, Sales Director du groupe de villages de vacances.

"Pour la semaine de carnaval, Center Parcs Les Ardennes et Park De Haan affichent déjà un taux de remplissage de plus de 60%. Il reste toutefois plus de disponibilités au Sunparks Oostduinkerke et au Center Parcs De Vossemeren. C'est satisfaisant pour une période comme celle que nous vivons mais en temps normal, nous serions sold out. Les réservations arrivent aussi pour Pâques et déjà pour l'été." La directrice des ventes remarque toutefois moins de réservations que les autres années pour les périodes hors vacances scolaires.

Les villages sont adaptés aux mesures sanitaires. Les espaces récréatifs, comme le dôme avec piscine tropical, la marque de fabrique des Center Parks, ne sont pas ouverts. Les restaurants ne font que des plats à emporter. Chaque cottage permet d'accueillir des familles en toute autonomie, sans proximité immédiate avec les autres vacanciers, de quoi passer des vacances "coronaproof", plaide le groupe.

Des réservations continues chez Ardennes-Etape

Après un été record et le succès des vacances de Toussaint, du côté de la société de logement de vacances Ardennes-Etape basée à Stavelot, l'offre de locatifs (près de 2000 logements) est épuisée depuis maintenant 3 semaines, nous annonce Joris Vandendooren Marketing & Communication Manager de la société. "Ou presque, il nous reste 5% de maisons libres d'une capacité autorisée de maximum 10 personnes pour les vacances qui arrivent", précise-t-il. Pas d'effet last minute ici mais plutôt des réservations sur la durée, tout au long de l'année.

"Nous avons réalisé 60% de réservations en plus en janvier, note aussi dans nos colonnes Philippe Neumann, son CEO. Beaucoup en last minute, pour les week-ends." Une aubaine car le mois est plutôt tranquille habituellement. La neige et le semi-confinement expliquent cette poussée.

Les conditions sanitaires n'autorisent pas des vacances de groupe pour les congés de carnaval. Le nombre de vacanciers autorisés actuellement lors d'une location chez Ardennes-Etape est une famille de maximum 6 personnes accompagnée d'un invité. Si l'on prend en compte ceux qui prendront un logement un peu plus grand pour plus de confort, cela signifie que l'offre commercialisable se limite aux logements jusqu'à huit à dix lits.

"Nous sommes très stricts sur le respect des mesures sanitaires. Nous avons mis en place la formule "fit for four" qui permet de les respecter afin d'éviter de louer à de grands groupes de vacanciers. Nous contrôlons si les groupes ne dépassent pas le nombre de personnes autorisées. Jusqu'à présent, nous n'avons pas eu de soucis, pas de lockdown parties à déplorer", se félicite-t-il.

"Notre clientèle a changé depuis le début de la crise sanitaire. Nous accueillons beaucoup plus de francophones belges dans nos maisons, ils sont passés de 15 à 30% de nos clients, alors qu'en temps normal, nous avons plus de clients flamands (55%). D'un autre côté, nous avons perdu notre clientèle néerlandaise qui constitue 30% de nos chiffres d'affaires à cause de l'interdiction de voyager", fait remarquer Joris Vandendooren."Notre offre de venir tététravailler en Ardennes fonctionne bien aussi en semaine en période creuse", ajoute-t-il. Le directeur marketing voit dans ce succès l'envie des Belges de se retrouver dans leur bulle, dans une maison entourée de verdure et d'éviter des contacts rapprochés, comme cela peut être le cas dans un immeuble à appartements à la mer.

Avec l'interdiction de sortir du pays pour les voyages non essentiels, les Belges se "rabattent" sur l'offre de location de vacances intramuros. Chez Center Parks, qui rouvre ses villages ce samedi 12/02, on remarque que les Belges n'ont jamais autant réservé en si peu de temps à l'avance. Logique, les domaines du groupe sont fermés depuis plus de trois mois. Lors du dernier Comité de concertation, ils ont reçu l'autorisation de rouvrir le 8/02. "Nous sommes très contents d'accueillir à nouveau les vacanciers, les premiers en 2021. Nous avons préféré décaler l'ouverture d'une semaine pour être vraiment prêts. Nous avons remis notre personnel au travail même si une partie est encore en chômage technique", nous explique Liesbeth Vandamme, Sales Director du groupe de villages de vacances. "Pour la semaine de carnaval, Center Parcs Les Ardennes et Park De Haan affichent déjà un taux de remplissage de plus de 60%. Il reste toutefois plus de disponibilités au Sunparks Oostduinkerke et au Center Parcs De Vossemeren. C'est satisfaisant pour une période comme celle que nous vivons mais en temps normal, nous serions sold out. Les réservations arrivent aussi pour Pâques et déjà pour l'été." La directrice des ventes remarque toutefois moins de réservations que les autres années pour les périodes hors vacances scolaires. Les villages sont adaptés aux mesures sanitaires. Les espaces récréatifs, comme le dôme avec piscine tropical, la marque de fabrique des Center Parks, ne sont pas ouverts. Les restaurants ne font que des plats à emporter. Chaque cottage permet d'accueillir des familles en toute autonomie, sans proximité immédiate avec les autres vacanciers, de quoi passer des vacances "coronaproof", plaide le groupe. Après un été record et le succès des vacances de Toussaint, du côté de la société de logement de vacances Ardennes-Etape basée à Stavelot, l'offre de locatifs (près de 2000 logements) est épuisée depuis maintenant 3 semaines, nous annonce Joris Vandendooren Marketing & Communication Manager de la société. "Ou presque, il nous reste 5% de maisons libres d'une capacité autorisée de maximum 10 personnes pour les vacances qui arrivent", précise-t-il. Pas d'effet last minute ici mais plutôt des réservations sur la durée, tout au long de l'année. "Nous avons réalisé 60% de réservations en plus en janvier, note aussi dans nos colonnes Philippe Neumann, son CEO. Beaucoup en last minute, pour les week-ends." Une aubaine car le mois est plutôt tranquille habituellement. La neige et le semi-confinement expliquent cette poussée. Les conditions sanitaires n'autorisent pas des vacances de groupe pour les congés de carnaval. Le nombre de vacanciers autorisés actuellement lors d'une location chez Ardennes-Etape est une famille de maximum 6 personnes accompagnée d'un invité. Si l'on prend en compte ceux qui prendront un logement un peu plus grand pour plus de confort, cela signifie que l'offre commercialisable se limite aux logements jusqu'à huit à dix lits. "Nous sommes très stricts sur le respect des mesures sanitaires. Nous avons mis en place la formule "fit for four" qui permet de les respecter afin d'éviter de louer à de grands groupes de vacanciers. Nous contrôlons si les groupes ne dépassent pas le nombre de personnes autorisées. Jusqu'à présent, nous n'avons pas eu de soucis, pas de lockdown parties à déplorer", se félicite-t-il. "Notre clientèle a changé depuis le début de la crise sanitaire. Nous accueillons beaucoup plus de francophones belges dans nos maisons, ils sont passés de 15 à 30% de nos clients, alors qu'en temps normal, nous avons plus de clients flamands (55%). D'un autre côté, nous avons perdu notre clientèle néerlandaise qui constitue 30% de nos chiffres d'affaires à cause de l'interdiction de voyager", fait remarquer Joris Vandendooren."Notre offre de venir tététravailler en Ardennes fonctionne bien aussi en semaine en période creuse", ajoute-t-il. Le directeur marketing voit dans ce succès l'envie des Belges de se retrouver dans leur bulle, dans une maison entourée de verdure et d'éviter des contacts rapprochés, comme cela peut être le cas dans un immeuble à appartements à la mer.