Comment se fait-il que le prix des voitures de location ait augmenté à ce point ? Pour quelles raisons ? D'abord, il y a le feeling et puis il y a les statistiques. Là, il faut se tourner vers un comparateur de prix dénommé Check 24 qui constate - chiffres à l'appui - que sur certains pays comme l'Espagne, le prix de la location a triplé et que sur d'autres destinations comme l'Italie, il s'agit d'une augmentation de 180 %. Pour l'Espagne, le prix moyen d'une location par journée était de 20 euros et a donc été multiplié par trois. Le premier conseil à donner, c'est de ne pas attendre le dernier moment pour réserver votre voiture de location puisque selon les spécialistes, plus la date de prise en charge se rapproche, plus les prix augmentent. Reste maintenant à comprendre le pourquoi de cette hausse des prix des voitures de location et particulièrement cet été ? Pour l'agence d'information financière Bloomberg, la hausse est due au fait que la plupart des loueurs n'ont pas encore retrouvé leur forme financière de 2019, avant la pandémie.

De fait, si nous payons plus cher notre mobilité durant nos vacances, c'est en partie à cause du covid. Alors que le covid avait déjà déréglé toutes les chaines d'approvisionnement, la politique stricte de covid-zéro de la Chine n'arrange pas les choses, et donc au-delà des soucis de logistique pour acheminer ces voitures d'Asie en Europe, il y a aussi la pénurie de semi-conducteurs qui frappe l'industrie automobile. Résultat des courses : les constructeurs automobiles ont moins de voitures à vendre aux sociétés de location de voitures. C'est aussi simple et triste que cela.

D'après mes confrères des Echos, les seuls loueurs à avoir récupéré une flotte comparable à la période avant covid, ce sont les loueurs Avis Budget et Sixt. Quant aux autres loueurs, ils sortent soit d'un dépôt de bilan soit sont en convalescence. D'ailleurs le patron de SIXT ne s'en cache pas, le retour à la normale pour le prix n'est pas à attendre avant la mi-2023. On ne va pas faire la fine bouche, et on se dira que c'est déjà ça de pris !

Comment se fait-il que le prix des voitures de location ait augmenté à ce point ? Pour quelles raisons ? D'abord, il y a le feeling et puis il y a les statistiques. Là, il faut se tourner vers un comparateur de prix dénommé Check 24 qui constate - chiffres à l'appui - que sur certains pays comme l'Espagne, le prix de la location a triplé et que sur d'autres destinations comme l'Italie, il s'agit d'une augmentation de 180 %. Pour l'Espagne, le prix moyen d'une location par journée était de 20 euros et a donc été multiplié par trois. Le premier conseil à donner, c'est de ne pas attendre le dernier moment pour réserver votre voiture de location puisque selon les spécialistes, plus la date de prise en charge se rapproche, plus les prix augmentent. Reste maintenant à comprendre le pourquoi de cette hausse des prix des voitures de location et particulièrement cet été ? Pour l'agence d'information financière Bloomberg, la hausse est due au fait que la plupart des loueurs n'ont pas encore retrouvé leur forme financière de 2019, avant la pandémie. De fait, si nous payons plus cher notre mobilité durant nos vacances, c'est en partie à cause du covid. Alors que le covid avait déjà déréglé toutes les chaines d'approvisionnement, la politique stricte de covid-zéro de la Chine n'arrange pas les choses, et donc au-delà des soucis de logistique pour acheminer ces voitures d'Asie en Europe, il y a aussi la pénurie de semi-conducteurs qui frappe l'industrie automobile. Résultat des courses : les constructeurs automobiles ont moins de voitures à vendre aux sociétés de location de voitures. C'est aussi simple et triste que cela. D'après mes confrères des Echos, les seuls loueurs à avoir récupéré une flotte comparable à la période avant covid, ce sont les loueurs Avis Budget et Sixt. Quant aux autres loueurs, ils sortent soit d'un dépôt de bilan soit sont en convalescence. D'ailleurs le patron de SIXT ne s'en cache pas, le retour à la normale pour le prix n'est pas à attendre avant la mi-2023. On ne va pas faire la fine bouche, et on se dira que c'est déjà ça de pris !