C'est en 2007 qu'Universem est lancée à Namur par trois jeunes étudiants aujourd'hui toujours associés : Simon- Pierre Breuls, Hubert de Cartier et Sébastien François, qui occupent respectivement les fonctions de business development director, project director et operations director. A l'époque, la start-up n'est encore qu'une boutique en ligne proposant des produits artisanaux belges aux particuliers. Afin de se distinguer sur le Net, ses fondateurs soignent particulièrement bien leur référencement, un savoir-faire qu'ils décident bientôt de développer comme service à d'autres entreprises. Le trio s'installe deux ans plus tard au Parc Créalys de Gembloux, créant l'année suivante la marque Universem.

De la start-up à la scale-up

Universem est active dans le marketing digital. Son métier consiste plus précisément à optimiser le trafic et l'acquisition de clients sur les sites Internet et les applications mobiles des entreprises. Outre son siège social basé dans le Namurois, elle dispose de bureaux à Bruxelles et Paris. " Nous avons franchi un pas important en 2011 en procédant à l'engagement de notre premier employé, souligne Simon-Pierre Breuls. Deux ans plus tard, nous atteignions le cap des 10 employés puis, en 2016, celui des 20. Aujourd'hui, nous comptons une trentaine de collaborateurs, avec une moyenne d'âge tournant autour des 29 ans. Et avec une quasi-parité entre hommes et femmes. " Un accroissement des effectifs qui s'explique par la belle progression qu'a enregistrée Universem en une décennie. Sa marge brute est ainsi passée de 284.000 euros en 2013 à plus de 1,3 million d'euros en 2017. Ces résultats lui ont d'ailleurs valu de figurer régulièrement au tableau d'honneur des Gazelles tant au niveau provincial que national. Une croissance constante et à deux chiffres qui n'est pas près de s'arrêter si l'on en croit Simon-Pierre Breuls. " Cette année, nous devrions connaître une progression de l'ordre de 30%, dit-il. De nouveaux engagements sont également prévus. L'objectif étant de doubler nos résultats et nos effectifs à l'horizon 2022. "

Nous travaillons régulièrement pour une centaine de clients différents, mais nous sommes particulièrement actifs dans les secteurs du 'retail', de la finance et du 'B to B'.

Le potentiel existe sans conteste sur le marché belge, même si la période d'"évangélisation " des entreprises semble dorénavant derrière nous. Universem nourrit donc des perspectives prometteuses de développement. D'autant que la start-up est dorénavant une scale-up qui a mis en place les structures, les outils et le management pour poursuivre et amplifier la croissance tant en Belgique qu'à l'international. " Le marché belge a atteint une certaine maturité digitale, moindre qu'aux Pays-Bas ou en France, mais qui existe, analyse Simon-Pierre Breuls. Certes, il y a encore de nombreuses entreprises qui n'ont pas intégré le marketing digital dans leur stratégie mais elles sont conscientes des enjeux et, pour la plupart, disposées à franchir le pas. Notre rôle vise à les accompagner dans leur stratégie digitale. Cette dernière concerne aussi bien une start-up qu'un grand groupe. Nous souhaitons leur apporter des solutions qui peuvent offrir un retour sur investissement quasi immédiat ou, au contraire, travailler dans la durée sur la notoriété ou la reconnaissance de la marque. C'est vraiment au cas par cas. "

De multiples références

Si les cordonniers sont souvent les plus mal chaussés, ce n'est pas le cas de la société wallonne qui est, pour le coup, bien référencée sur la toile. Mais son meilleur référencement est probablement le portefeuille clients qu'elle s'est constitué au fil des années et qui ne cesse de s'étoffer. Elle opère ainsi dans les secteurs les plus divers : des agences de communication aux ONG en passant par le pharmaceutique, la banque et assurance, l'e-commerce et le retail, le luxe, l'énergie ou encore l'industrie. Elle comptabilise plus de 150 références parmi lesquelles on peut citer notamment des entreprises aussi diverse que l'Unicef, Tilman, Degroof Petercam, Camber, Etex Group, Proximus, Delvaux, Cowboy, Yves Rocher, Beobank, Tom&Co, etc. " Nous travaillons régulièrement pour une centaine de clients différents, enchaîne Simon-Pierre Breuls, mais nous sommes particulièrement actifs dans les secteurs du retail, de la finance et également du B to B. "

Universem a pour objectif de devenir la référence dans les domaines qu'elle maîtrise : le SEO ( search engine optimization, ou référencement naturel, par opposition au référencement payant), l' online advertising et le web analytics. " Le SEO sert à augmenter la visibilité d'un site et donc le trafic, détaille Hubert de Cartier. Pour ce faire, nous travaillons notamment sur le marketing de contenus. Avec l' online marketing, nous proposons un mix de solutions publicitaires via, entre autres, des annonces sur Google ou Facebook, par exemple. Le web analytics permet quant à lui d'analyser l'efficacité du marketing digital et de mesurer le retour sur investissement. L'objectif vise, in fine, à développer une stratégie qui s'appuie sur de la tactique opérationnelle. "

Afin de conserver sa position de leader sur le marché, Universem est évidemment à l'affût de toutes les évolutions concernant le référencement naturel. C'est dans cette dynamique que s'inscrit le partenariat que l'entreprise a noué en mars dernier avec OnCrawl, une plateforme technique française qui permet de réaliser des audits SEO, devenant ainsi la première agence de SEO belge certifiée OnCrawl. " Le référencement naturel est un travail de fond, explique Sébastien François. Les résultats peuvent mettre un certain temps avant de se concrétiser. La solution OnCrawl permet de mesurer rapidement les axes clés de tout bon projet de référencement. Sur la base des analyses, nous pouvons prioriser des actions concrètes pour le site de l'annonceur. " En pratique, cette solution utilise un robot qui explore les pages d'un site internet dans le but de détecter des anomalies et déterminer des pistes d'amélioration.

Ambitions de croissance

Solidement implantée en Wallonie et à Bruxelles, régions qui recèlent encore un beau potentiel de développement, Universem envisage son extension sur plusieurs plans. Géographiquement d'abord, en ciblant davantage la Flandre où elle est moins présente, tout en poursuivant ses activités en France. Ensuite, en approchant les entreprises qui n'ont pas encore intégré le digital dans leur stratégie marketing. Enfin, en augmentant la taille des projets sur lesquels ses équipes travaillent. L'entreprise semble en tout cas clairement armée pour répondre aux défis qu'elle s'est fixé à l'horizon 2022, ceux de doubler ses effectifs et résultats. Rendez-vous dans trois ans.