UnifiedPost n'est plus une "start-up". Cette firme spécialisée dans la digitalisation des documents d'entreprises affiche 17 ans d'existence et est devenue un groupe de 680 personnes qui génère un chiffre d'affaires (2018) de plus de 60 millions d'euros !

Hans Leybaert, CEO et fondateur d'UnifiedPost, a eu le nez creux en 2002 lorsqu'il a identifié le marché de la digitalisation des entreprises et de leurs documents (contrat, fiches de paie, facturation, etc.). Aujourd'hui, sa firme ne traite pas moins de 300 millions de documents dans plusieurs pays. La vision du CEO consiste, en effet, à construire un groupe européen de taille. Porté par la législation européenne PSD2 sur le paiement et celle sur la vie privée (RGPD), Hans Leybaert est catégorique : "je veux qu'UnifiedPost ait une présence partout en Europe, insiste-t-il, parce que le marché est devant nous. La digitalisation ne cesse de s'accentuer et le potentiel de croissance est incroyable". Pour arriver à devenir un acteur de premier plan au niveau international, UnifiedPost a déployé une stratégie intense de croissance externe. En 2018 et 2019, le groupe s'est illustré par une série d'acquisitions dont ADM Solutions, Inventive Designers, Leleu Document Services et, la plus grosse, Fitek Group, un acteur estonien. Rien qu'en reprenant ce dernier acteur, le groupe est entré dans huit nouveaux pays lui assurant, au total, une présence sur 13 marchés européens.

Pour y parvenir, la firme avait levé 10 millions d'euros en 2017, puis pas moins de 25 millions d'euros en 2019 auprès, notamment, de fonds américains, de PMV (ParticipatieMaatschappij Vlaanderen) et d'une série de family offices et de privés.

Mais son fondateur, toujours gros actionnaire avec 30% du capital, voit grand. Il ambitionne très clairement de nouvelles acquisitions dans un avenir proche afin de se déployer davantage et plus vite. Qu'UnifiedPost devienne un groupe de plus de 1.000 personnes sous peu ne serait pas surprenant. Mais pour continuer son plan d'expansion par acquisitions, UnifiedPost devra lever plus d'argent encore : entre 100 et 150 millions d'euros. Un montant qui lui permettrait d'installer une filiale dans la majorité des marchés en Europe. Rien que cela. L'option d'une entrée en Bourse est clairement envisagée aujourd'hui, même si rien n'est fait.

Elargissement des services

A côté de cette stratégie de croissance, UnifiedPost travaille aussi à l'élargissement de ses services. Si 65% de ses revenus environ proviennent de son activité historique de numérisation de documents, la firme en développe de nouvelles. Sur le créneau historique du document, la firme de La Hulpe doit, en effet, faire face à un certain nombre de concurrents en Europe, ce qui pèse sur les marges. Du coup, elle développe de nouveaux services, qui positionnent UnifiedPost comme une vraie fintech : le paiement, le financement de factures, etc.

C.C.