Les candidats repreneurs veulent convenir d'un rééchelonnement de la dette avec les principaux créanciers de Veritas. Une demande de réorganisation judiciaire a donc été introduite jeudi devant le tribunal de l'entreprise d'Anvers. "Cette procédure offre la meilleure garantie d'une relance avec une dette raisonnable et l'apport d'un nouveau capital", souligne-t-on dans le communiqué. Durant cette procédure, Veritas "honorera toutes ses obligations".

Les investisseurs ont promis d'injecter des capitaux dans la chaîne. "La reprise envisagée doit permettre à Veritas d'exécuter plus rapidement ses plans de croissance et d'affronter sereinement les défis actuels du marché", affirment-ils.

Veritas dispose de 121 magasins en Belgique et 6 au Luxembourg ainsi que d'une boutique en ligne. Le chiffre d'affaires est estimé à 100 millions d'euros. Quelque 700 personnes seraient employées par le groupe qui a déjà fermé cinq magasins en France et en Allemagne plus tôt cette année.

Les candidats repreneurs veulent convenir d'un rééchelonnement de la dette avec les principaux créanciers de Veritas. Une demande de réorganisation judiciaire a donc été introduite jeudi devant le tribunal de l'entreprise d'Anvers. "Cette procédure offre la meilleure garantie d'une relance avec une dette raisonnable et l'apport d'un nouveau capital", souligne-t-on dans le communiqué. Durant cette procédure, Veritas "honorera toutes ses obligations". Les investisseurs ont promis d'injecter des capitaux dans la chaîne. "La reprise envisagée doit permettre à Veritas d'exécuter plus rapidement ses plans de croissance et d'affronter sereinement les défis actuels du marché", affirment-ils. Veritas dispose de 121 magasins en Belgique et 6 au Luxembourg ainsi que d'une boutique en ligne. Le chiffre d'affaires est estimé à 100 millions d'euros. Quelque 700 personnes seraient employées par le groupe qui a déjà fermé cinq magasins en France et en Allemagne plus tôt cette année.