Véritable paradis pour amateurs de bicyclette, le Limbourg offrait déjà aux adeptes de la petite reine la possibilité de pédaler sur l'eau à Bokrijk, où une piste cyclable traverse de part en part un étang, et dans les airs, à Hechtel, où une piste cyclable de 700 mètres également accessible aux promeneurs a été aménagée entre les arbres.

Aujourd'hui, le Parc national de Haute Campine (Hoge Kempen) leur fait bénéficier d'une nouvelle possibilité avec l'inauguration d'une route cyclable qui a nécessité un investissement de 2,9 millions d'euros. Longue de quatre kilomètres, cette voie traverse alternativement pinèdes et landes avec, pour point d'orgue, un immense pont de bois de 300 mètres qui offre une vue imprenable sur les bruyères pourpres si caractéristiques de la région.

Situé à cheval sur les communes de Dilsen-Stokkem, Maasmechelen, Zutendaal, Lanaken, Genk et As, ce parc d'une superficie de 5.700 hectares, dédié à la fois à la nature ainsi qu'au passé minier de la région, prépare activement un dossier en vue de sa reconnaissance comme patrimoine mondial par l'Unesco.

© PG / Kurt Vandeweert / Visit Limburg
Véritable paradis pour amateurs de bicyclette, le Limbourg offrait déjà aux adeptes de la petite reine la possibilité de pédaler sur l'eau à Bokrijk, où une piste cyclable traverse de part en part un étang, et dans les airs, à Hechtel, où une piste cyclable de 700 mètres également accessible aux promeneurs a été aménagée entre les arbres. Aujourd'hui, le Parc national de Haute Campine (Hoge Kempen) leur fait bénéficier d'une nouvelle possibilité avec l'inauguration d'une route cyclable qui a nécessité un investissement de 2,9 millions d'euros. Longue de quatre kilomètres, cette voie traverse alternativement pinèdes et landes avec, pour point d'orgue, un immense pont de bois de 300 mètres qui offre une vue imprenable sur les bruyères pourpres si caractéristiques de la région. Situé à cheval sur les communes de Dilsen-Stokkem, Maasmechelen, Zutendaal, Lanaken, Genk et As, ce parc d'une superficie de 5.700 hectares, dédié à la fois à la nature ainsi qu'au passé minier de la région, prépare activement un dossier en vue de sa reconnaissance comme patrimoine mondial par l'Unesco.