Parmi les répondants à ce sondage mené par le bureau d'étude de marché DayOne, seuls 26% affirment être confiants pour l'avenir de leur entreprise. 21% craignent une faillite alors que 20% ne savent pas se prononcer. Pourtant, le sondage a permis aussi de constater que 58,4% des répondants ne craignent pas la faillite. "Je crois que les entreprises ont été plus regardantes", explique Guillaume Hoffmann, Managing Director che Sage BeLux. "Elles ont été plus vigilantes sur certaines dépenses et sont concentrées pour diriger leur activité plus finement".

Malgré ce contexte de crise affectant profondément les entreprises, Guillaume Hoffmann ne pense pas que cela puisse dissuader les nouveaux entrepreneurs. "Je crois que plus un contexte est tendu, plus on a d'entrepreneurs qui se lancent", explique-t-il. "Il n'y a jamais autant de créativité et d'ingéniosité que dans ce type de contexte. Je crois que ça peut les inquiéter mais ça ne les freine pas".

Outre les effets négatifs, cette crise a également accéléré la digitalisation des entreprises dans divers domaines: le site web, les outils de télétravail... 35% des entreprises belges auraient accéléré leur transformation digitale en raison de la crise sanitaire. "Plus que jamais, la crise s'est révélée être une opportunité de changement et d'adoption de nouvelles technologies" explique Guillaume Hoffmann. "La flexibilité et la vision en temps réel des chiffres se sont avérées précieuses dans des situations d'urgence telles que la crise sanitaire que nous connaissons", ajoute-t-il.

Enfin, le sondage permet également de souligner l'enjeu important de la trésorerie pour de nombreuses entreprises dans le contexte de la sortie de crise. En effet, un quart des entreprises belges ont déclaré avoir connu des retards de paiement de ses clients alors que 38% ont elles-mêmes payé certaines factures en retard. Au total, plus d'une entreprise sur deux a reçu des demandes de report de paiement de la part de ses clients.

Parmi les répondants à ce sondage mené par le bureau d'étude de marché DayOne, seuls 26% affirment être confiants pour l'avenir de leur entreprise. 21% craignent une faillite alors que 20% ne savent pas se prononcer. Pourtant, le sondage a permis aussi de constater que 58,4% des répondants ne craignent pas la faillite. "Je crois que les entreprises ont été plus regardantes", explique Guillaume Hoffmann, Managing Director che Sage BeLux. "Elles ont été plus vigilantes sur certaines dépenses et sont concentrées pour diriger leur activité plus finement". Malgré ce contexte de crise affectant profondément les entreprises, Guillaume Hoffmann ne pense pas que cela puisse dissuader les nouveaux entrepreneurs. "Je crois que plus un contexte est tendu, plus on a d'entrepreneurs qui se lancent", explique-t-il. "Il n'y a jamais autant de créativité et d'ingéniosité que dans ce type de contexte. Je crois que ça peut les inquiéter mais ça ne les freine pas". Outre les effets négatifs, cette crise a également accéléré la digitalisation des entreprises dans divers domaines: le site web, les outils de télétravail... 35% des entreprises belges auraient accéléré leur transformation digitale en raison de la crise sanitaire. "Plus que jamais, la crise s'est révélée être une opportunité de changement et d'adoption de nouvelles technologies" explique Guillaume Hoffmann. "La flexibilité et la vision en temps réel des chiffres se sont avérées précieuses dans des situations d'urgence telles que la crise sanitaire que nous connaissons", ajoute-t-il. Enfin, le sondage permet également de souligner l'enjeu important de la trésorerie pour de nombreuses entreprises dans le contexte de la sortie de crise. En effet, un quart des entreprises belges ont déclaré avoir connu des retards de paiement de ses clients alors que 38% ont elles-mêmes payé certaines factures en retard. Au total, plus d'une entreprise sur deux a reçu des demandes de report de paiement de la part de ses clients.