Ces plans de déplacements d'entreprise (PDE) sont obligatoire pour toute les sociétés occupant plus de 100 travailleurs sur un même site à Bruxelles. Ils visent à sensibiliser les travailleurs à opter pour des moyens de transports plus durables, afin d'améliorer la qualité de l'air et de diminuer la congestion automobile. Dans la capitale, cela concerne 40% des travailleurs, soit 294.037 personnes réparties sur 560 sites. Parmi eux, 66% habitent en dehors de la Région bruxelloise.

D'après le rapport - le troisième après 2011 et 2014 -, la proportion de travailleurs utilisant le vélo a presque doublé passant de 2,8% à 4,5% en l'espace de six ans. La diminution de la part modale de la voiture constatée lors de la première (36,3%) et la seconde (34,5%) étude s'est confirmée en 2017 (34,1%). Celle des voitures de société a par contre connu une croissance importante: de 11,6% en 2014 à 15,8% en 2017.

Le mode de déplacement choisi est fortement lié à l'accessibilité des entreprises et au lieu de résidence des travailleurs. Ainsi, la proportion de ceux qui utilisent les transports en commun augmente dans les sociétés situées à proximité des gares et du métro, pour atteindre 80% des travailleurs. Le vélo est utilisé par 8,5% des salariés habitant à environ 4km de leur boulot. Quant à la voiture, elle a diminué de presque 5% sur les distances de moins de 10km.

Un tiers des employés télétravaillent un jour par semaine

Un tiers des employés (32%) télétravaillaient un jour par semaine en 2017, contre 16% trois ans plus tôt, ce qui permet également d'agir positivement sur la congestion automobile. Le télétravail supprime en effet environ 6% des déplacements domicile-travail.

"Dans les entreprises soumises à l'obligation d'un PDE, la part de voiture diminue plus fortement que dans l'ensemble des entreprises bruxelloises. Le report modal se faisant principalement sur le vélo et les transports en commun", constate Simon Dehouck, conseiller Mobilité active à Bruxelles Environnement.

"Les chiffres sur les voitures de société montrent une fois encore qu'il est indispensable de réformer ce régime qui ralentit nos efforts vers une mobilité plus douce à Bruxelles", estime pour sa part Céline Fremault, ministre bruxelloise de l'Environnement (cdH).

Ces plans de déplacements d'entreprise (PDE) sont obligatoire pour toute les sociétés occupant plus de 100 travailleurs sur un même site à Bruxelles. Ils visent à sensibiliser les travailleurs à opter pour des moyens de transports plus durables, afin d'améliorer la qualité de l'air et de diminuer la congestion automobile. Dans la capitale, cela concerne 40% des travailleurs, soit 294.037 personnes réparties sur 560 sites. Parmi eux, 66% habitent en dehors de la Région bruxelloise. D'après le rapport - le troisième après 2011 et 2014 -, la proportion de travailleurs utilisant le vélo a presque doublé passant de 2,8% à 4,5% en l'espace de six ans. La diminution de la part modale de la voiture constatée lors de la première (36,3%) et la seconde (34,5%) étude s'est confirmée en 2017 (34,1%). Celle des voitures de société a par contre connu une croissance importante: de 11,6% en 2014 à 15,8% en 2017. Le mode de déplacement choisi est fortement lié à l'accessibilité des entreprises et au lieu de résidence des travailleurs. Ainsi, la proportion de ceux qui utilisent les transports en commun augmente dans les sociétés situées à proximité des gares et du métro, pour atteindre 80% des travailleurs. Le vélo est utilisé par 8,5% des salariés habitant à environ 4km de leur boulot. Quant à la voiture, elle a diminué de presque 5% sur les distances de moins de 10km. Un tiers des employés (32%) télétravaillaient un jour par semaine en 2017, contre 16% trois ans plus tôt, ce qui permet également d'agir positivement sur la congestion automobile. Le télétravail supprime en effet environ 6% des déplacements domicile-travail. "Dans les entreprises soumises à l'obligation d'un PDE, la part de voiture diminue plus fortement que dans l'ensemble des entreprises bruxelloises. Le report modal se faisant principalement sur le vélo et les transports en commun", constate Simon Dehouck, conseiller Mobilité active à Bruxelles Environnement. "Les chiffres sur les voitures de société montrent une fois encore qu'il est indispensable de réformer ce régime qui ralentit nos efforts vers une mobilité plus douce à Bruxelles", estime pour sa part Céline Fremault, ministre bruxelloise de l'Environnement (cdH).