À l'heure où l'on parle d'instaurer des mesures plus strictes, voire de reconfiner une partie du pays, une autre question touchant l'économie belge, déjà bien mise à mal par la crise sanitaire, est sur toutes les lèvres : combien pourrait coûter un lockdow biss ? Le journal économique L'Echo a fait quelques projections chiffrées sur base des données de la Banque nationale. Et son verdict est plutôt alarmant.
...

À l'heure où l'on parle d'instaurer des mesures plus strictes, voire de reconfiner une partie du pays, une autre question touchant l'économie belge, déjà bien mise à mal par la crise sanitaire, est sur toutes les lèvres : combien pourrait coûter un lockdow biss ? Le journal économique L'Echo a fait quelques projections chiffrées sur base des données de la Banque nationale. Et son verdict est plutôt alarmant. Le journal économique s'est plongé dans les projections réalisées par la Banque nationale. Dans son rapport daté de juin dernier la BNB avait dressé un "scénario plus sévère" et chiffré les dégâts économiques dans le cas où la Belgique n'est pas débarrassée du coronavirus après l'été. Dans ce cas, explique le quotidien économique belge, non seulement la baisse du produit intérieur brut (PIB) en 2020 s'aggrave (passant de -9% à -13,4%) mais en plus, les "pertes permanentes" passent de 4 à 8% du PIB. Autrement dit, un deuxième "lockdown" se traduirait par une perte permanente de PIB de 20 milliards d'euros supplémentaires et porterait le total de la richesse perdue à quelque 40 milliards d'euros par an, situe Geert Langenus, macroéconomiste à la BNB. Et encore, il s'agit là d'un minimum alerte le journal francophone. "Si un lockdown complet devait être d'application, les pertes persistantes pour l'économie belge pourraient être encore plus importantes ", poursuit l'économiste. Il n'y a pas aujourd'hui de réponse définitive sur les dégâts économiques que la crise occasionne. Tout dépend en particulier de la nature et de la durée d'un éventuel reconfinement. Il ne s'agit ici que de modélisations, elles ne seront validées (ou pas) qu'après coup. Ces anticipations sont donc à prendre avec prudence mais elles permettent de situer l'impact potentiel d'un reconfinement complet, précise encore L'Echo.