Alitalia, qui compte quelque 11.000 salariés, a accumulé les pertes ces dernières années face à la concurrence des compagnies à bas prix.

Le gouvernement italien recherche depuis un certain temps des investisseurs. La société des chemins de fer italiens, Ferrovie dello Stato, avait déposé fin octobre une offre d'achat d'Alitalia, mais celle-ci ne prévoit pas qu'elle monte à plus de 30% de son capital. La compagnie aérienne américaine Delta serait prête à acquérir 15% du capital.

Un troisième acteur est donc recherché. L'exploitant des péages routiers, Atlantia, avec la famille Benetton comme principal actionnaire, a fait part de son intérêt cette semaine.