Selon les médias spécialisés, le petit nouveau pourrait s'appeler iPhone SE ou iPhone 9 (la marque étant passée directement du "8" au "X", ou "10" en lettres romaines) et être commercialisé à un prix minimum de 400 dollars.

C'est beaucoup moins que les fleurons de la marque (la trilogie numéro 11, sortie fin 2019), mais le géant technologique génèrerait ainsi des revenus complémentaires, alors que la crise sanitaire et économique actuelle affecte lourdement sa production d'appareils en Chine.

Samsung, le leader du secteur, a sorti de nouveaux appareils à moins de 500 dollars la semaine dernière. Google pourrait suivre la même voie.

"Lancer un smartphone en milieu de cycle, sur fonds de pandémie et de confinement mondial des consommateurs, va en étonner plus d'un", admet Daniel Ives, analyste chez Wedbush Securities. Mais Apple pourrait ainsi vendre entre 20 et 25 millions de nouveaux téléphones en attendant que sa nouvelle star, l'iPhone 12, ne voit le jour, estime l'expert.

Les calendriers de sortie des appareils électroniques seront en effet certainement perturbés par les retards de production dans les usines. "Pour Apple c'est une sortie sans fanfare, avec des volumes faibles, parce que ces téléphones-là sont prêts à être expédiés", considère-t-il. Les ventes auraient lieu essentiellement en ligne, sans les files d'attente devant les magasins le premier jour, confinement oblige.

- Quelques centaines de dollars -

Malgré les spéculations sur la toile, le groupe est resté muet.

Le mastodonte sud-coréen Samsung a mis en vente la semaine dernière plusieurs nouveaux smartphones. L'un d'entre eux comprend la possibilité d'utiliser les ondes ultra rapides 5G et coûte moins de 500 dollars.

"Les gens ont moins d'argent à dépenser, mais ils veulent quand même de meilleures technologies", remarque Carolina Milanesi, de Creative Strategies.

Les appareils dernier cri, pliants ou pas, avec ou sans la 5G, peuvent valoir jusqu'à 1.500 dollars.

Un iPhone de la marque prestigieuse vendu pour "seulement" 400 dollars, a des chances de convaincre les consommateurs dont l'appareil actuel donne des signes de faiblesse. Ou ceux qui veulent un meilleur appareil photo intégré ou une batterie qui dure plus longtemps.

"Aux Etats-Unis, il n'y avait plus que des smartphones de luxe ou bon marché. Mais la gamme intermédiaire fait son retour", ajoute-t-elle.

- Question de priorité -

La conception et la production des téléphones qui seront commercialisés cette année a commencé bien longtemps avant la pandémie.

Google lance en général ses nouveaux appareils lors de sa conférence annuelle des développeurs, qui était prévue pour le mois de mai, avant que les mesures de confinement n'entraînent son annulation.

Le groupe californien pourrait sortir le Pixel 4A, pour succéder au précédent modèle à prix réduit.

Mais les fabricants doivent désormais prendre en compte le contexte économique et social, alors que près de 17 millions d'Américains se sont inscrits au chômage en trois semaines.

"Entre acheter un nouvel iPhone et manger, les gens préfèrent manger", résume Patrick Moorhead, de Moor Insights and Strategy.

Quant aux ménages plus aisés, ils ont plutôt investi ces derniers temps dans les ordinateurs, de bureau ou portables, d'après Carolina Milanesi.

"Beaucoup de gens ne sortent pas de chez eux, donc la mobilité n'arrive pas en tête de leurs priorités".

Selon les médias spécialisés, le petit nouveau pourrait s'appeler iPhone SE ou iPhone 9 (la marque étant passée directement du "8" au "X", ou "10" en lettres romaines) et être commercialisé à un prix minimum de 400 dollars.C'est beaucoup moins que les fleurons de la marque (la trilogie numéro 11, sortie fin 2019), mais le géant technologique génèrerait ainsi des revenus complémentaires, alors que la crise sanitaire et économique actuelle affecte lourdement sa production d'appareils en Chine.Samsung, le leader du secteur, a sorti de nouveaux appareils à moins de 500 dollars la semaine dernière. Google pourrait suivre la même voie."Lancer un smartphone en milieu de cycle, sur fonds de pandémie et de confinement mondial des consommateurs, va en étonner plus d'un", admet Daniel Ives, analyste chez Wedbush Securities. Mais Apple pourrait ainsi vendre entre 20 et 25 millions de nouveaux téléphones en attendant que sa nouvelle star, l'iPhone 12, ne voit le jour, estime l'expert.Les calendriers de sortie des appareils électroniques seront en effet certainement perturbés par les retards de production dans les usines. "Pour Apple c'est une sortie sans fanfare, avec des volumes faibles, parce que ces téléphones-là sont prêts à être expédiés", considère-t-il. Les ventes auraient lieu essentiellement en ligne, sans les files d'attente devant les magasins le premier jour, confinement oblige.- Quelques centaines de dollars -Malgré les spéculations sur la toile, le groupe est resté muet.Le mastodonte sud-coréen Samsung a mis en vente la semaine dernière plusieurs nouveaux smartphones. L'un d'entre eux comprend la possibilité d'utiliser les ondes ultra rapides 5G et coûte moins de 500 dollars."Les gens ont moins d'argent à dépenser, mais ils veulent quand même de meilleures technologies", remarque Carolina Milanesi, de Creative Strategies.Les appareils dernier cri, pliants ou pas, avec ou sans la 5G, peuvent valoir jusqu'à 1.500 dollars.Un iPhone de la marque prestigieuse vendu pour "seulement" 400 dollars, a des chances de convaincre les consommateurs dont l'appareil actuel donne des signes de faiblesse. Ou ceux qui veulent un meilleur appareil photo intégré ou une batterie qui dure plus longtemps."Aux Etats-Unis, il n'y avait plus que des smartphones de luxe ou bon marché. Mais la gamme intermédiaire fait son retour", ajoute-t-elle.- Question de priorité -La conception et la production des téléphones qui seront commercialisés cette année a commencé bien longtemps avant la pandémie.Google lance en général ses nouveaux appareils lors de sa conférence annuelle des développeurs, qui était prévue pour le mois de mai, avant que les mesures de confinement n'entraînent son annulation. Le groupe californien pourrait sortir le Pixel 4A, pour succéder au précédent modèle à prix réduit.Mais les fabricants doivent désormais prendre en compte le contexte économique et social, alors que près de 17 millions d'Américains se sont inscrits au chômage en trois semaines."Entre acheter un nouvel iPhone et manger, les gens préfèrent manger", résume Patrick Moorhead, de Moor Insights and Strategy. Quant aux ménages plus aisés, ils ont plutôt investi ces derniers temps dans les ordinateurs, de bureau ou portables, d'après Carolina Milanesi."Beaucoup de gens ne sortent pas de chez eux, donc la mobilité n'arrive pas en tête de leurs priorités".